Carré Chock par Choco au Carré

Les formes les plus dures, les plus explicites, celles qui ne semblent laisser place à aucune émotion ni à aucune faiblesse, souvent ne tardent-elles pas à nous faire découvrir des profondeurs élégiaques insoupçonnées ? Ainsi dans la chocolaterie Choco au Carré, tout prend la forme de cubes et de parallélépipèdes, si nets et impassibles à l’extérieur, si fondants et voluptueux à l’intérieur. Mais la chocolaterie propose aussi des pâtisseries, et nous avons mis la main sur leur tartelette Carré Chock qui n’échappe point à la règle géométrique de l’enseigne. Observons attentivement ce qu’elle nous fait ressentir. Continuer la lecture de « Carré Chock par Choco au Carré »

Saint-Honoré par Arnaud Delmontel

Aimer, veiller, rêver pour l’autre, attendre son regard, entendre son rire, sentir sa main qui nous retient quand l’ombre nous menace… Être enfin persuadé qu’au bout du chemin, une communion est possible… Mais l’autre n’est pas la personne que l’on croit, le jour vient où l’on comprend la duplicité de l’être, on comprend la solitude. Et malgré cela on continue à aimer, comme un choix qui porte en lui la blessure de la lucidité. Car les sentiments ne sont-ils pas souvent injustes, l’amour n’est-il pas ainsi, parfois ? Nous croyions savoir de quoi était fait le Saint-Honoré proposé chez Arnaud Delmontel, on nous avait annoncé du chocolat et du cassis à la vente, mais nous découvrîmes une réalité bien différente. En dépit de cela, nous le dégustâmes car c’est notre devoir, et nous comptons bien rendre notre jugement. Continuer la lecture de « Saint-Honoré par Arnaud Delmontel »

Forêt-Noire par Sébastien Gaudard

Dans notre sommeil nous rêvions d’une douce lumière qui nous baignait et nous réchauffait tendrement. Une clarté divine nous éclairait, une voix douce nous murmurait à l’oreille et nous appelait à la rejoindre. C’était un sentiment de joie, et de certitude, que rien ne bouleversait à part de temps en temps la sensation d’un feuillage qui nous caressait la peau. Cette caresse, timide au commencement, devenait de plus en plus soutenue, quand soudain une odeur de terre humide atteignit notre nez. D’abord légère, elle devint rapidement entêtante. Au moment où elle s’intensifiait les feuilles qui nous effleuraient devinrent progressivement des branchages entiers qui nous râpaient la peau, des épines jaillissaient et piquaient nos flancs. Nous ouvrîmes les yeux et la lumière s’éteignit, la nuit augmenta et toute une forêt enténébrée nous engloutit et nous happa dans un voyage sans retour. Comment sortir de cette forêt, et faut-il vraiment s’en échapper ? Y a-t-il un plaisir à faire ce voyage, est-il aussi intense que son obscurité ? Une Forêt Noire peut être pleines de surprises, voyons si celle de Sébastien Gaudard tient ses promesses. Continuer la lecture de « Forêt-Noire par Sébastien Gaudard »

Le Cheesecake par Emma Duvéré

Comment faire page blanche du passé et se libérer de ce qui nous y enchaîne, puis progressivement apprendre à désapprendre et à rechercher soi-même sa vérité ? Il faut parfois lâcher prise, laisser les contraintes du quotidien glisser sur soi comme une peinture que l’eau dilue et lave pour révéler une toile vierge. C’est peut-être alors, quand on atteint un fond d’une blancheur entêtante, libérés de nos préjugés et préconceptions, que nous arrivons à la plus simple et la plus aboutie compréhension de soi-même. C’est ainsi qu’Emma Duvéré dénude son cheesecake jusqu’à arriver à l’essentiel, pour le proposer avec un raffinement prometteur. Réussit-elle cette charge? Nous sommes là pour en juger. Continuer la lecture de « Le Cheesecake par Emma Duvéré »