Forêt-Noire par Sébastien Gaudard

Dans notre sommeil nous rêvions d’une douce lumière qui nous baignait et nous réchauffait tendrement. Une clarté divine nous éclairait, une voix douce nous murmurait à l’oreille et nous appelait à la rejoindre. C’était un sentiment de joie, et de certitude, que rien ne bouleversait à part de temps en temps la sensation d’un feuillage qui nous caressait la peau. Cette caresse, timide au commencement, devenait de plus en plus soutenue, quand soudain une odeur de terre humide atteignit notre nez. D’abord légère, elle devint rapidement entêtante. Au moment où elle s’intensifiait les feuilles qui nous effleuraient devinrent progressivement des branchages entiers qui nous râpaient la peau, des épines jaillissaient et piquaient nos flancs. Nous ouvrîmes les yeux et la lumière s’éteignit, la nuit augmenta et toute une forêt enténébrée nous engloutit et nous happa dans un voyage sans retour. Comment sortir de cette forêt, et faut-il vraiment s’en échapper ? Y a-t-il un plaisir à faire ce voyage, est-il aussi intense que son obscurité ? Une Forêt Noire peut être pleines de surprises, voyons si celle de Sébastien Gaudard tient ses promesses. Continuer la lecture de « Forêt-Noire par Sébastien Gaudard »

Suivez les auditions du Tribunal des Gâteaux en vous inscrivant à la Newsletter hebdomadaire et en suivant Robescake sur Facebook, Instagram ou Twitter.

Pistacchio par Le Mont du Bonheur

mont-bonheur-pistacchio-1-tdg

Le destin de l’Homme ne peut-il pas paraître absurde? Toujours avancer sans certitudes, s’accrocher des années durant, se battre sans fatiguer pour atteindres des cimes illusoires. Tel Sisyphe, combien de fois nous faut-il porter le fardeau, gravir la montagne et, quand nous croyons être arrivés au sommet, dégringoler et tout recommencer? Mais chaque essai a une saveur différente, et si certains monts sont difficiles franchir, d’autres ne sont que des chemins de douceur. Vaillants dégustateurs, nous ne reculerons pas devant un petit mont enveloppé de crème! Proposé par l’enseigne Le Mont du Bonheur, il s‘appelle Pistacchio. Continuer la lecture de « Pistacchio par Le Mont du Bonheur »

Suivez les auditions du Tribunal des Gâteaux en vous inscrivant à la Newsletter hebdomadaire et en suivant Robescake sur Facebook, Instagram ou Twitter.

Le Montmorency par Sébastien Gaudard

sebastien-gaudard-montmorency-1-tdg

Remarquez comment les noms donnés aux choses en influencent notre perception. Les mots ont parfois plus de pouvoir qu’on peut le penser. Est-ce un cake ? Non, c’est un gâteau de voyage, et c’est autrement plus onirique. Et là, un Paris-Brest ? Pas du tout ! C’est un Paris-New York, et c’est bien plus cosmopolite. Ici, une Religieuse ? Absolument pas ! C’est une Madame de Fontenay, on la reconnaît à son chapeau. Alors quand chez Sébastien Gaudard nous tombons sur un Montmorency, rien qu’à l’appellation de cette douceur nous sommes tentés de penser qu’elle fleure bon les cerises et les pâtisseries d’antan. Mais au Tribunal des Gâteaux, nous nous gardons des jugements hâtifs ! Du moins sur les gâteaux. C’est à la lumière de notre méticuleuse inspection que nous nous prononcerons. Continuer la lecture de « Le Montmorency par Sébastien Gaudard »

Suivez les auditions du Tribunal des Gâteaux en vous inscrivant à la Newsletter hebdomadaire et en suivant Robescake sur Facebook, Instagram ou Twitter.