Matriochka Coco Rose Mandarine par Café Pouchkine

matriochka café pouchkine

Le faste et les dorures, le luxe et la conquête : le Café Pouchkine soigne sa flamboyante image russe avec une nouvelle boutique implantée place de la Madeleine à Paris, et une création inspirée des fameuses poupées qui s’emboîtent les unes dans les autres. Il s’agit de l’entremets Matriochka, et celui que nous choisissons cache en son cœur des saveurs de mandarine, de noix de coco et de rose. Quel ressentons-nous en le dégustant, et comment est-il construit ? Nous l’analyserons, avec méthode et patience.

matriochka café pouchkine

matriochka café pouchkine

Ce dessert se compose d’une coque en chocolat blanc renfermant une mousse à la mandarine, une gelée à la noix de coco et à la rose, une mousse à la noix de coco, un confit à la mandarine et un pain de Gênes. L’ensemble repose sur un biscuit sablé tout en étant décoré par une fioriture en chocolat blanc.

matriochka café pouchkine

La Matriochka Coco Rose Mandarine par Café Pouchkine possède un diamètre de 50 mm et une hauteur de 95 mm. Le spécimen acheté pèse 106 grammes et coûte 7,00€.

La seule odeur que l’on ressent sur cet entremets avant sa découpe est celle du chocolat blanc qui l’encapsule presque entièrement. Il forme une coque fine recouverte d’un flocage jaune, elle se casse facilement au passage du couteau. La découpe réserve notamment la surprise de voir la forme de la poupée russe reproduite à l’intérieur de l’entremets, ce qui donne à l’appellation « Matriochka » tout son sens.

matriochka café pouchkine

Nous explorons l’intérieur du dessert en allant des couches les plus superficielles vers son centre. La mousse à la mandarine se révèle légère et bien foisonnée, tout en étant peu sucrée. Sa saveur est particulièrement fidèle à celle de la mandarine, et l’on ressent pleinement le parfum qui remonte habituellement au nez lorsque l’on épluche ce fruit. La mousse se termine avec une petite note lactée en fin de bouche.

matriochka café pouchkine

La gelée à la noix de coco et à la rose forme une fine couche de couleur rose qui délimite les différents composants de l’entremets. Elle constitue une transition sensorielle entre le côté mi-fruité et mi-floral de la mandarine et la saveur de la noix de coco, ce qui crée un intéressant mouvement des saveurs en allant de l’extérieur vers l’intérieur du dessert.

matriochka café pouchkine

La mousse à la noix de coco est plus compacte et dense que la mousse à la mandarine. La saveur de la noix de coco reste douce et non envahissante, faisant preuve d’un dosage délicat. Elle est séparée du cœur de l’entremets par une deuxième gelée à la noix de coco et à la rose.

matriochka café pouchkine

Au cœur du dessert se trouve le confit de Mandarine. Fruité et frais, il est disposé en une quantité agréablement généreuse. Il contribue à l’ensemble par son côté aqueux qui allège chaque bouchée et il renforce la saveur de l’agrume d’une façon marquée. Nous remarquons néanmoins que sa position n’est pas tout à fait centrée dans l’entremets comme elle devrait l’être.

matriochka café pouchkine

Au fond de la coque en chocolat blanc se trouve aussi un petit pain de Gênes dont nous remarquons les deux surfaces plus colorées que son intérieur. La saveur d’amande n’y est pas forte mais il contribue à apporter un peu de mâche à ce dessert majoritairement mousseux et souple, et crée une transition avec le biscuit sablé servant de socle. Ce dernier présente une cuisson poussée et dégage des notes presque fumées. Il est richement beurré, craquant et friable.

matriochka café pouchkine

VERDICT

La première chose que l’on remarque dans la Matriochka Coco Rose Mandarine par Café Pouchkine est la fidélité de la saveur de la mandarine au fruit naturel. Il ne s’agit pas d’une vague saveur d’agrume mais bien d’un parfum spécifique que l’on reconnaît facilement. Il accompagne les parfums de noix de coco et de rose, les trois se mariant bien entre eux en étant traités d’une façon évolutive et équilibrée d’une couche de l’entremets à une autre. Nous regrettons néanmoins que le petit pain de Gênes passe un peu inaperçu dans un environnement majoritairement mousseux, et nous aurions aimé davantage d’éléments solides dans la composition, quitte à mettre un deuxième pain de Gênes à un autre endroit. Cela est d’autant plus important que le biscuit sablé semble servir de socle et être un peu déconnecté du reste de l’entremets. Au final, cette Matriochka reste néanmoins un dessert soigné, dont les saveurs sont élégantes et réfléchies, et dont l’idée s’inscrit parfaitement dans l’image que l’enseigne souhaite se donner.

Note : 4,1/5

Adresse :

16 place de la Madeleine, 75008 Paris
Ouvert du Lundi au Samedi de 7:30 à 23:00 et le Dimanche de 10:00 à 18:00
Tél : 01 53 43 81 60
www.cafe-pouchkine.fr

Suivez les auditions du Tribunal des Gâteaux en vous inscrivant à la Newsletter hebdomadaire et en suivant Robescake sur Facebook, Instagram ou Twitter.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.