Tartelette Ananas Coco par Maison Landemaine

La chaleur du métal nous étonna quand il nous tendit le revolver. Sorti de sa boîte noire, il avait quelque chose de déconcertant. C’était peut-être sa simplicité, son acier soudain mis à nu qui nous troublait. Cette chose qui avait la puissance de prendre une vie était effrayante de banalité. Un appui sur la détente, une pression sur la gâchette, c’était donc tout ? Le canon dans nos mains était chaud, comme s’il venait de faire feu, et cette chaleur devenait une fièvre qui nous gagnait progressivement. Il nous fallait le laisser tomber, ce n’était pas de notre faute. Et dans cette émotion suffocante nous avions dû nous désaltérer avec des fruits tropicaux, des ananas frais et juteux comme ceux que nous espérons trouver sur la Tartelette Ananas Coco par Maison Landemaine.

Continuer la lecture de « Tartelette Ananas Coco par Maison Landemaine »

Macaron Coco Passion Ananas par Gontran Cherrier

Nous le connaissons lisse, bombé et d’un toucher satiné, mais le voilà qui devient rêche comme une barbe mal rasée. Ah ! Ce macaron… c’est un vrai protée ! Au cours de nos auditions pâtissières, nous l’aurions vu et essayé dans toutes les situations, toutes. Chez Gontran Cherrier, il est recouvert de noix de coco râpée et prend des saveurs de fruit de la passion et d’ananas. Voyons s’il répondra à ce que nos cœurs demandent. Continuer la lecture de « Macaron Coco Passion Ananas par Gontran Cherrier »

Tarte Coco Bergamotte par Ten Belles Bread

Vous, douce et suave noix de coco, et vous, fraîche et piquante bergamotte, soyez enfin unies ! Mais pas sans notre approbation car nous mettrons bien notre nez délicat dans leurs louches affaires conjugales. Fricotant ensemble dans une tarte proposée chez Ten Belles Bread, nous les avons interpellées le temps d’une minutieuse dégustation. Que font-elles ensemble et qu’avons-nous à y gagner ? Nous tenterons de le savoir. Continuer la lecture de « Tarte Coco Bergamotte par Ten Belles Bread »

[Sydney] Chapitre 8 : Copie Conforme? – Panna Cotta Lamington Cake par Flour and Stone

Nous remarquons que les grandes villes de ce monde, ausi différentes qu’elles soient, semblent à présent souvent sortir du même moule. C’est le modèle universel des villes modernes qui fait qu’elles ont toutes un centre financier, des banlieues dortoirs, des quartiers auparavant périphériques désormais investis par une population jeune à la recherche de sens, de productions locales, de restaurants « sains », de barbiers et de cordonniers de proximité… Les architectures changent, les têtes varient mais la philosophie est devenue invariablement et tenacement la même. Peut-être que les villages de son propre pays sont maintenant ce qui dépayse le plus, et non pas d’autres villes du monde. À Sydney, nous recherchons quand même une pâtisserie qui ne ressemble à aucune autre, et nous découvrons une spécialité australienne connue sous le nom de Lamington Cake. C’est la version proposée chez Flour and Stone que nous allons déguster. Continuer la lecture de « [Sydney] Chapitre 8 : Copie Conforme? – Panna Cotta Lamington Cake par Flour and Stone »

[Sydney] Chapitre 7: Dans le Piège – Pavlova par Saga Enmore

Dans la pénombre de la chambre, seul un rayon de lumière entrait par la porte que nous avions gardée entrouverte. Faiblement il éclairait notre peau, quand tout le reste baignait dans une vaste obscurité. Et dans le silence quelque chose bougea autour de nous, une étreinte se renforça : quelles étaient ces mains étranges que nous ressentions sur notre cou ? Même après avoir parcouru des milliers de kilomètres nous en restions prisonniers… Impossible de s’évader. C’est alors la honte qui nous submergea, celle d’avoir cru pouvoir nous échapper. Tout nous criait : imbéciles ! Les mains se resserrèrent et quelque chose se brisa en nous, craqua doucement mais profondément. C’était l’effondrement d’un rêve, la faille qui brise à jamais la meringue d’une Pavlova qui cède tout à coup, comme celle que nous auditionnons chez Saga Enmore. Continuer la lecture de « [Sydney] Chapitre 7: Dans le Piège – Pavlova par Saga Enmore »