Pavlova par Café Pouchkine

cafe-pouchkine-pavlova-1-tdg

Notre invitée Maïa Mazaurette goûte et donne son avis sur cette pâtisserie

La pavlova, pâtisserie toute en meringue et crème, est censée avoir été inventée en Australie ou en Nouvelle-Zélande, pour honorer la venue de la ballerine russe Anna Pavlova. Avec un historique pareil, il était logique que le café Pouchkine se réapproprie le concept. Mais si les danseuses du Bolchoï évoquent la discipline, la grâce aérienne et le talent, ce gâteau sera-t-il digne de monter sur scène ? Continuer la lecture de « Pavlova par Café Pouchkine »

Nuits Saint-Georges par Hugo & Victor

Hugo-Victor-Nuits-Saint-Georges-1-tdg

Les nuits passées à la campagne ont une saveur particulière. Il nous arrive de nous réveiller dans le silence de la maison qui dort, et de glisser à pas de loups vers la cuisine. Là, les carreaux des fenêtres nous dévoilent une nuit opaque comme une encre noire, immense et froide, un insondable gouffre qui nous effraie et nous appelle. C’est l’heure parfaite pour le crime. Heureusement, le Tribunal des Gâteaux veille. Nous rendons nos jugements même à des heures indues. Et c’est maintenant au tour de ce Nuits Saint-Georges, que nous avons trouvé à la pâtisserie Hugo & Victor, de nous dire sa vérité. Continuer la lecture de « Nuits Saint-Georges par Hugo & Victor »

[Noël] Bûche Dévorée par Les Marquis de Ladurée

marquis-laduree-buche-devoree-1-tdg

La pâtisserie est une passion dévorante qui ne connaît aucun repentir. En cette fin d’année, notre appétit pour les bonnes choses s’ouvre grand comme des yeux dans notre esprit, guettant les douceurs qui nous plaisent et nous attirent. Fidèles à notre instinct, nous n’avons pas tardé à trouver une malicieuse bûche qui fait écho à notre gourmandise. Semblant impénétrable, elle est entourée de griffes en chocolat se refermant sur elle comme des mains avides, prêtes à saisir l’objet de toutes les convoitises. C’est chez Les Marquis de Ladurée que nous l’avons sélectionnée, une « Bûche Dévorée » dont nous sonderons les profondeurs. Continuer la lecture de « [Noël] Bûche Dévorée par Les Marquis de Ladurée »

[Noël] Lettre au Père Noël par Un Dimanche à Paris

un-dimanche-a-paris-buche-noel-1-tdg

Arpentant les rues de Paris, nous voilà de nouveau cette année à la recherche des cadeaux à mettre sous le sapin. Nous sommes à quelques jours de Noël, et nous errons parmi les montagnes de marchandises qui finissent par se transformer en un nébuleux capharnaüm de lumières et de couleurs qui défilent sur nos rétines saturées. Savons-nous seulement ce que chacun veut vraiment? Savons-nous ce que nous voulons personnellement? Ah si l’on pouvait retourner au temps où il suffisait d’écrire une lettre au Père Noël ! Hélas, quand il s’agit des vrais cadeaux de la vie, personne ne peut nous les offrir… Cela ne nous empêche pas de correspondre avec le pôle Nord si nous en avons envie, surtout si c’est en dégustant la bûche proposée par Un Dimanche à Paris, judicieusement nommée Lettre au Père Noël. Nous vous faisons part de la correspondance. Continuer la lecture de « [Noël] Lettre au Père Noël par Un Dimanche à Paris »

Charlotte à Montmartre par Gilles Marchal

gilles-marchal-charlotte-montmartre-1-tdg

Nous frémissons en songeant au froid qui nous guette en décembre, et nous formons déjà la délicieuse idée de l’affronter en étant intimement emmitouflés dans nos manteaux les plus doux et les plus chauds. Le moment est venu où la ville commence à ralentir et à rentrer dans un délicieux rêve hivernal. Nous montons à Montmartre pour admirer Paris qui s’étale sous nos yeux, la capitale ronronnante sous les cheminées qui fument paisiblement, bercée par ce vague tumulte qui se dégage des boulevards et qui vient jusqu’à nous. Chaque instant étant propice aux plaisirs de l’existence, nous flânons d’un pas leste mais décidé jusqu’à la pâtisserie de Gilles Marchal, où nous arrêtons cette fois une Charlotte en habit de Mont-Blanc. Voyant clair dans son jeu, nous l’interpellons pour une audition en bonne et due forme. Continuer la lecture de « Charlotte à Montmartre par Gilles Marchal »