Forêt-Noire par La Grande Épicerie de Paris

Ses cheveux noirs nous tombent sur le visage, nous passons nos doigts dedans, nous les relevons et nous les laissons retomber. Ils s’éparpillent sur nos joues, sur nos lèvres, sur nos yeux. Nous entrevoyons son regard qui nous fixe dans le silence, et ses yeux s’illuminent dans le noir de ses cheveux comme deux lunes dans le ciel d’une forêt sombre. C’est une forêt noire où nous disparaissons, elle nous arrache à cette réalité et nous mène ailleurs. Peut-être dans ce monde de plaisirs qui nous est aussi promis par la Forêt-Noire de La Grande Épicerie de Paris.

Continuer la lecture de « Forêt-Noire par La Grande Épicerie de Paris »

Le Mont-Blanc par Pâtisserie Le Bon

Chaque montagne est plus haute que celle qui la précédée, pourtant il faut la franchir. C’est l’effort constant, le chemin que l’on fait pas après pas. Il nécessite de croire à un idéal, il exige une forme de solitude incompréhensible aux autres. Et puis il faut essayer d’oublier ses peurs… Car elles reviendront tôt ou tard pour manger le monde. Au sommet de chaque montagne, tout se remet à zéro. Une nouvelle page blanche est à écrire, c’est notre Mont-Blanc. Nous le prenons à deux mains et le mordons à pleines dents ! Voyons ce que nous réserve celui de la Pâtisserie Le Bon.

Continuer la lecture de « Le Mont-Blanc par Pâtisserie Le Bon »

Semla par Nanan

Regardez donc ce petit dessert que nous avons déniché, dodelinant du ventre dans la vitrine de la pâtisserie Nanan ! A-t-on idée d’être aussi dodu, aussi rond, aussi replet ? Est-il juste permis de non seulement être scandaleusement moelleux, mais aussi d’être abondamment garni d’une crème légère qui déborde et fait fi de toutes les règles de bienséance ? Mais c’est d’une insolence ! Nous n’avons qu’une seule envie : le pincer jusqu’à la crème ! Ou bien le mordre, ce serait assez satisfaisant aussi. Nous optons pour la deuxième solution, histoire de voir s’il nous cache une surprise inattendue. Goûtons vite et tirons cette affaire au clair, il le faut.

Continuer la lecture de « Semla par Nanan »

Le Saint-Honoré par Le Mandarin Oriental

Si vous pensez que c’est le premier Saint-Honoré que nous fréquentons au Mandarin Oriental, vous vous fourvoyez ! Nous avons déjà essayé celui du chef Pierre Mathieu il y a quelques années, tout en horizontalité, et nous voilà maintenant face à celui du chef Adrien Bozzolo, tout en verticalité, droit, inflexible ! Lequel préférer, comment prendre parti ?! Nous ne le savons pas, tant les deux positions nous sembles avantageuses chacune à sa manière ! Alors que l’un se couche ou que l’autre soit au garde-à-vous, nous saurons toujours trouver notre intérêt dans cette affaire. Inspectons cette création emblématique du palace parisien, et voyons ce qu’elle nous fait ressentir.

Continuer la lecture de « Le Saint-Honoré par Le Mandarin Oriental »

Le Mont-Blanc par Le Moulin de la Vierge

Une dernière étreinte, une dernière accolade qui protège et qui rassure. Un tourbillon dans ses bras : c’est ce que nous n’aurons plus jamais. Il est trop tard, l’horloge ricane doucement. Le temps s’est écoulé et tout a fui sans retour, lentement et doucement, sans que nous nous en rendions compte. Et pour retrouver cette étreinte il faudra maintenant la chercher en vain partout, s’emporter dans des tourbillons émotionnels factices, comme si nous suivions la trajectoire chaotique des vermicelles de crème de marrons qui s’enchevêtrent et qui tournent autour d’un Mont-Blanc par Le Moulin de la Vierge. Tournoyer pour vivre, peut-être pour fuir, pour oublier.

Continuer la lecture de « Le Mont-Blanc par Le Moulin de la Vierge »