Le Fraisier par Le Temps et le Pain

C’était irrépressible, il nous fallait lui parler. Nos sentiments s’épanchaient d’une plaie qui s’était soudain ouverte, nous laissant consternés. Chaque mot que nous disions nous rapprochait du précipice, nous assourdissait, nous aveuglait, saturait notre conscience. Au milieu de cet ahurissement, le téléphone n’arrêtait plus de sonner. Nous ne décrochions pas. Cette maudite sonnerie s’acharnait sur nous, elle nous tambourinait sur le crâne, jusqu’à ce que le cerveau explosât et le cœur explosât, au même moment que l’air explosait, l’immeuble explosait, la ville explosait, le monde explosait. Puis vint le silence dans la poussière. Nous nous relevâmes en lambeaux, non pas par courage mais par stupeur. La solitude fut encore plus grande, plus perçante. Seul le temps nous réparerait, et saurait enfin enterrer les illusions des jeunes années. C’est ce temps qui fait tout autant mourir les espérances que mûrir les choses les plus délicieuses, des fraises des bois qui couronnent un Fraisier par Ludovic Fontalirant chez Le Temps et le Pain.

Continuer la lecture de « Le Fraisier par Le Temps et le Pain »

Le Fraisier par Emma Duvéré

En plein milieu d’une lointaine forêt, un petit fraisier poussa par hasard au pied d’un châtaigner. L’arbre était si grand, si majestueux, si fort, que le fraisier tomba rapidement sous son charme. Alors pour lui plaire, il lui fit les plus belles petites fleurs blanches. Mais le châtaigner ne sembla même pas les remarquer du haut de son feuillage. Bien que leur romance fût impossible, le fraisier ne se découragea pas : si ses fleurs n’impressionnaient guère le châtaignier, assurément ses fruits le feraient ! Il les voulut charnus et sucrés, il y mit toute sa force et tout son parfum, il les colora en rouge comme sa passion qui grandissait, il s’épuisa à en faire l’œuvre de sa vie. Mais le châtaignier, occupé à parler aux arbres dans sa canopée, ne daigna pas le regarder. Alors le fraisier mourut de chagrin, ses fruits furent cueillis et mangés par d’autres qui ne connaissaient pas son histoire, et à l’automne il n’en resta plus aucune trace sous les feuilles qui tombaient. Le châtaignier l’avait oublié depuis longtemps, mais nous lui rendons hommage avec ce gâteau par Emma Duvéré.

Continuer la lecture de « Le Fraisier par Emma Duvéré »

Le Fraisier par Boris Lumé

Même aux plus beaux jours, pourquoi la Bretagne est-elle si mélancolique ? C’est une saveur qui nous souvient d’une journée d’été à Concarneau… En attendant notre bateau nous nous sommes allongés sur l’herbe derrière l’église de la ville close, les yeux dans le bleu, regardant les nuages passer. Nous avons ressenti la peur du grand départ, et l’enthousiasme face à l’inconnu aussi. Sur notre lit de verdure nous avons goûté un fraisier, certes classique, mais les circonstances l’ont rendu inoubliable. Et nous y pensons à chaque fois que nous en dégustons un, comme celui de Boris Lumé. Ce dernier lui a donné un autre aspect et une autre composition, mais espérons que la saveur du fruit sera aussi vive que le souvenir.

Continuer la lecture de « Le Fraisier par Boris Lumé »

La Fraise par Nanan

Tout commençait avec quelques petites fleurs blanches qui apparaissaient un jour dans le feuillage… Il n’y en avait jamais beaucoup, et jamais assez à notre goût, mais c’était déjà la promesse des délices à venir. Puis apparaissaient les fruits au gré de nos visites quotidiennes au jardin, d’abord tous petits et blancs, nous les regardions grossir chaque jour avec une impatience renouvelée. Ils rougeoyaient trop lentement, et les fraises ne devenaient jamais aussi grosses que nous les imaginions dans nos rêves les plus gourmands… Un beau matin nous obtenions la permission de les cueillir après avoir tant et tant attendu, nous les comptions au creux de notre main et nous les savourions une à une, mais le plaisir était toujours trop court. Tous ceux qui, dans leur enfance, avaient des fraisiers dans leur jardin savent ce qu’il en est… Retrouverons-nous cet amour du fruit avec La Fraise de la pâtisserie Nanan ? Continuer la lecture de « La Fraise par Nanan »

Le Fraisier par Yann Couvreur

yann-couvreur-fraisier-1-tdg

Bon sang, c’est tellement dur de faire son choix
Parmi ces gâteaux de Yann Couvreur que l’on voit!
Entre un chef pâtissier et ses pâtisseries,
C’est une aventure humaine, et une harmonie.
Par ce grand renard rusé, on veut en ces lieux
Redécouvrir un Fraisier qui n’a qu’un seul vœu:
Se faire croquer, tout de suite à pleines dents!
Choisissons le plus rouge et le plus flamboyant!
Ayant compris notre demande, le chef nous prend
Un dernier fraisier qu’il cachait habilement
Au dos du comptoir pour notre plus grand bonheur!
Ainsi nous repartons juger cette douceur. Continuer la lecture de « Le Fraisier par Yann Couvreur »