La Truffe par Alléno & Rivoire

Tu fus une douleur que je n’avais encore jamais connue, mais tu étais aussi un passage vers la lumière. L’amour me permit de répondre à des questions qui résonnaient encore en moi, et il me délesta de ce qui me retenait dans mes frayeurs. Alors, ce mouvement de mon âme et son chagrin m’ouvrirent les yeux sur un monde que j’ignorais. Soudain ce n’était plus l’obscurité. Je compris qui j’étais, je compris ma force. C’était l’éveil. Je sortis d’une confusion aussi noire qu’une truffe, qu’elle soit réelle ou qu’elle soit une illusion, comme celle que l’on trouve pour les fêtes de fin d’année à la chocolaterie Alléno & Rivoire.

Continuer la lecture de « La Truffe par Alléno & Rivoire »

Bûche Petit Biscuit par Le Ritz

Ce petit garçon était plein de poésie. Il ne vivait pas dans son monde, mais dans un futur qu’il imaginait. Solitaire, joyeux et grave à la fois, les lois sociales n’avaient pas d’emprise sur lui. Il était libre sans le comprendre encore. Chaque Noël était l’occasion pour lui d’imaginer les choses les plus improbables. Son esprit vagabond lui jouait des tours : rien n’était jamais aussi beau que dans ses pensées. Car dans ses rêves de réveillon, ses cadeaux étaient plus grands et plus incroyables ! Le froid dehors était plus perçant, le feu dans l’âtre était plus chaud, la dinde sur la table était plus dodue et surtout, sa part de bûche dans sa petite assiette était bien plus grande, bien plus décorée ! Alors, pour lui, je voudrais traverser le temps et lui offrir une bûche de Noël qui l’aurait peut-être fait sauter de joie. Elle se nomme « Petit Biscuit » et elle est proposée au comptoir à pâtisserie du Ritz à Paris.

Continuer la lecture de « Bûche Petit Biscuit par Le Ritz »

[Pâques] Le Hérisson par Patrick Roger

De grâce, dites « Le Hérisson », mais pour rien au monde ne dites « L’hérisson » ! J’en mourrais ! Le H est aspiré, il n’est pas muet, il ne l’a jamais été. Alors faire l’élision, ce serait choir ! Des rumeurs tenaces me sont encore parvenues, prétendant que les règles orthographiques ont changé et que cette affaire sérieuse bénéficie dorénavant d’une prétendue tolérance. C’est absolument mensonger ! Je vous prie de renvoyer les colporteurs de cette fausse information dans leurs ténèbres. En attendant, régalons-nous ensemble d’un Hérisson de Pâques par Patrick Roger. On n’en laissera rien, et on saura que son H est aspiré ! Ouf. C’est très important pour la dégustation.

Continuer la lecture de « [Pâques] Le Hérisson par Patrick Roger »

Kamasutra Gingerbread par Jean Hwang Carrant

À ceux qui me croient libertin, je dis : je ne vis que de gourmandise ! Et d’ailleurs, il ne s’agit pas de luxure, mais bien d’un acte de liberté ! C’est tout à fait différent, et parfaitement vertueux. La sagesse exige de goûter à tout, et certainement de tout essayer, même si cela peut parfois nous mettre dans des positions inconfortables. C’est ainsi qu’il faut apprendre. Pour la Saint-Valentin, les Kamasutra Gingerbread de Jean Hwang Carrant nous enseignent l’art d’égayer la conversation, en quatre tableaux épicés : La Levrette, Andromaque, l’Ecrin à Bijoux et La Flûte Enchantée.

Continuer la lecture de « Kamasutra Gingerbread par Jean Hwang Carrant »

La Babka des Rois par Babka Zana

Qui a dit que le beurre connaît des limites ? Que cela est faux et trompeur ! Pendant l’Épiphanie, dire une chose pareille relève du sacrilège. Il n’y a pas de limites au beurre qu’on peut mettre dans les galettes ! On en rajoute comme si notre vie en dépendait. En la matière, Babka Zana propose une sorte de Galette des Rois, une Babka géante à la frangipane dont la riche pâte a été feuilletée généreusement. C’est dans cette pâte mouvante comme des flots de douceur que nous allons nous engouffrer, et en ressortir peut-être glorieux avec une fève assez amusante, mais certainement bien nourris.

Continuer la lecture de « La Babka des Rois par Babka Zana »