[Pâques] Le Hérisson par Patrick Roger

De grâce, dites « Le Hérisson », mais pour rien au monde ne dites « L’hérisson » ! J’en mourrais ! Le H est aspiré, il n’est pas muet, il ne l’a jamais été. Alors faire l’élision, ce serait choir ! Des rumeurs tenaces me sont encore parvenues, prétendant que les règles orthographiques ont changé et que cette affaire sérieuse bénéficie dorénavant d’une prétendue tolérance. C’est absolument mensonger ! Je vous prie de renvoyer les colporteurs de cette fausse information dans leurs ténèbres. En attendant, régalons-nous ensemble d’un Hérisson de Pâques par Patrick Roger. On n’en laissera rien, et on saura que son H est aspiré ! Ouf. C’est très important pour la dégustation.

Continuer la lecture de « [Pâques] Le Hérisson par Patrick Roger »

Kamasutra Gingerbread par Jean Hwang Carrant

À ceux qui me croient libertin, je dis : je ne vis que de gourmandise ! Et d’ailleurs, il ne s’agit pas de luxure, mais bien d’un acte de liberté ! C’est tout à fait différent, et parfaitement vertueux. La sagesse exige de goûter à tout, et certainement de tout essayer, même si cela peut parfois nous mettre dans des positions inconfortables. C’est ainsi qu’il faut apprendre. Pour la Saint-Valentin, les Kamasutra Gingerbread de Jean Hwang Carrant nous enseignent l’art d’égayer la conversation, en quatre tableaux épicés : La Levrette, Andromaque, l’Ecrin à Bijoux et La Flûte Enchantée.

Continuer la lecture de « Kamasutra Gingerbread par Jean Hwang Carrant »

La Babka des Rois par Babka Zana

Qui a dit que le beurre connaît des limites ? Que cela est faux et trompeur ! Pendant l’Épiphanie, dire une chose pareille relève du sacrilège. Il n’y a pas de limites au beurre qu’on peut mettre dans les galettes ! On en rajoute comme si notre vie en dépendait. En la matière, Babka Zana propose une sorte de Galette des Rois, une Babka géante à la frangipane dont la riche pâte a été feuilletée généreusement. C’est dans cette pâte mouvante comme des flots de douceur que nous allons nous engouffrer, et en ressortir peut-être glorieux avec une fève assez amusante, mais certainement bien nourris.

Continuer la lecture de « La Babka des Rois par Babka Zana »

Galette des Rois Signature France par Bo & Mie

C’est peut-être l’une des galettes qui m’ont le plus marqué cette année, visuellement en tout cas. Il n’y a pas de plus belle forme à lui donner, celle de notre pays. Cette France qui se trouve parfois ignorée, parfois dénigrée, et qui pourtant nous a collectivement tant donné. On peut aimer son pays, parler de sa beauté et célébrer ses saveurs. Certes, le monde est plein d’autres endroits exceptionnels, mais cette partie-là du monde est celle de mon cœur, celle que je voudrais protéger et embellir encore. C’est le jardin de mon imagination. La Galette des Rois Signature France par Bo & Mie lui rend hommage, dans la forme mais aussi dans le style, avec cette promesse de justesse qui ne choit dans aucun excès. Il est temps de vérifier si le résultat est à la hauteur de la promesse.

Continuer la lecture de « Galette des Rois Signature France par Bo & Mie »

Galette des Rois par Jacques Génin

Les premières notes de la chanson me mirent de bonne humeur. Je commençai alors à entonner quelques mots, puis quelques vers qui menèrent crescendo au refrain idiot et monosyllabique qui fut une explosion ! Alors que nous n’osions pas nous parler tous les deux, voilà que nous chantions ensemble ce refrain entêtant, pour aussitôt nous taire, comme honteux. Dans ce moment où nous nous permîmes de lâcher prise, nous pouvions vraiment voir l’un dans l’autre sans masque. C’était une porte entrouverte, que nous avions rapidement refermée. La musique crée des moments fugaces, des bulles d’émotion. De la même façon quand je pense à une bonne galette des rois, il faut qu’elle puisse chanter à mes oreilles quand elle craque à la découpe. J’ai besoin de cette musique éphémère pour m’ouvrir le cœur et mettre de la frangipane dedans. Voyons si la Galette des Rois par Jacques Génin saura me faire sa sérénade.

Continuer la lecture de « Galette des Rois par Jacques Génin »