Berryolette par Monsieur Benjamin

monsieur-benjamin-berryolette-1-tdg

Il est venu, enfin, le temps des fruits rouges ! Nous pouvons nous en réjouir, bien que nous ne nous en soyons pas privés précédemment. Nous choisissons une nouvelle adresse parisienne pour voir ce qu’ils proposent en la matière : allons chez Monsieur Benjamin, et auditionnons sa Berryolette. Coquettement poudrée et décorée, voyons si elle est réalisée avec la rigueur que nous inspirent ces pointes de crèmes, précautionneusement ordonnées comme des buis en cône d’un jardin à la française.

monsieur-benjamin-berryolette-9-tdg

monsieur-benjamin-berryolette-8-tdg

monsieur-benjamin-berryolette-7-tdg

Cette tarte se compose d’une pâte sablée garnie d’une sorte de marmelade de framboises, cassis et violette, recouverte par un biscuit moelleux. Sur ce biscuit sont déposées des pointes de crème au chocolat blanc décorées d’un flocage rosâtre, d’une framboise fraîche et de quelques bâtonnets de chocolat noir recouverts de cristaux de sucre.

La Berryolette par Monsieur Benjamin possède une longueur de 117 mm, une largeur de 38 mm et une hauteur de 36 mm. Le spécimen acheté pèse 100 grammes et coûte 6,40€.

monsieur-benjamin-berryolette-2-tdg

En sentant l’odeur de cette tarte c’est d’abord le parfum biscuité de la pâte sablée que nous remarquons, accompagné d’une discrète note de framboise. Evidemment, nous commençons la dégustation par cette framboise à la surface de la tartelette, si facile à détacher et à manger. Agréablement fraîche et bien dodue, elle possède le parfum et l’acidité qui font d’elle une framboise respectable. Les petits bâtonnets sont faits avec un chocolat noir de bonne facture, recouvert de cristaux de sucre qui craquent sous les dents. Pour plus de chic Monsieur Benjamin aurait pu se limiter à deux bâtonnets sur cette tarte.

monsieur-benjamin-berryolette-3-tdg

La crème au chocolat blanc est plutôt une mousse assez légère disposée en forme de pointes, avec un flocage rose foncé qui lui donne un bel effet bicolore. Il est dommage que la pâte ne soit pas correctement protégée lors du montage, car le flocage déborde dessus et donne l’impression d’une réalisation rapide. Peu grasse en bouche, la crème apporte une judicieuse touche vanillée.

monsieur-benjamin-berryolette-4-tdg

Sous la crème repose un biscuit moelleux faisant la séparation avec la marmelade. Entièrement imbibé d’un sirop qui semble citronné, sa saveur dominante est celle des fruits rouges qui apparaissent avec des notes étonnamment fortes. Y a-t-il des arômes ajoutés dans ce sirop ? Suite à cette imbibition marquée, le biscuit se délite un peu trop facilement sous la fourchette.

monsieur-benjamin-berryolette-5-tdg

Dans la marmelade qui garnit le fond de pâte, la saveur de la framboise est la plus forte à côté d’un cassis qui reste néanmoins perceptible. La violette clôt le trio avec une note florale qui nuance la palette olfactive de l’ensemble. On la décèle surtout en fin de bouche et elle se marie bien avec les fruits rouges. Agréable surprise, cette préparation contient des morceaux de framboises fraîches qui rajoutent une texture et une saveur supplémentaires et appréciables. La pâte sablée est isolée de sa garniture par une couche relativement épaisse de chocolat blanc. Bien beurrée et craquante, sa cuisson uniforme à tous endroits lui confère une belle couleur dorée. Elle pourrait être moins rigide et plus friable pour en rendre la dégustation plus agréable.

monsieur-benjamin-berryolette-6-tdg

VERDICT

Un judicieux contraste entre la douceur de la crème et la fraîcheur et l’acidité des fruits rouges opère dans cette Berryolette par Monsieur Benjamin. Certes, ce jeu de saveurs est un classique, mais il demeure bien réalisé et bénéficie d’une recherche supplémentaire en y intégrant la note florale de la violette. Le citron y est par ailleurs étonnamment perceptible malgré sa faible présence, ajoutant ainsi son effet sur l’acidité de l’ensemble et donnant plus de piquant à la composition. Bien que bénéficiant d’une belle cuisson, la pâte nous a semblé un peu trop rigide à la dégustation, et elle gagnerait à être plus friable et à se casser plus facilement pour libérer sa garniture. De plus, elle pourrait être mieux protégée du flocage pour ne pas gâcher le bel effet visuel de ce dernier. La pâtisserie se positionne sur un créneau haut de gamme qui permet de s’attendre à une attention accrue aux petits détails.

Note : 3,7/5

TDG_37_5

Adresse :

63 rue Saint Martin, 75003 Paris
Ouvert du Mercredi au Lundi de 10:30 à 20:00
Tél : 01 43 70 27 12
www.monsieur-benjamin.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.