Sweetburger par Bogato

Parfois, on nous demande s’il nous arrive de manger salé. Quel affront ! Du salé, nous ? C’est une question à laquelle nous ne pouvons répondre que par le dédain. Bien sûr que nous n’en mangeons jamais, nous ne mettons que du sucré dans notre bouche ! Tout le reste nous incommode, il faudrait nous faire violence. Mais pour avoir l’air d’y goûter sans y toucher, nous pouvons toujours compter sur des pâtisseries comme ce Sweetburger par Bogato. Il n’a que l’apparence d’un hamburger, car ses saveurs sont bien tout ce que nous pouvons tolérer.

Continuer la lecture de « Sweetburger par Bogato »

Sacher par Kaffeehaus

Dans la nuit silencieuse, son scooter nous transporte sur une route solitaire de la campagne en plein mois d’Août. Nous nous accrochons, nous sentons le vent qui remonte rapidement le long de nos jambes. Il s’engouffre dans les entrebâillements des tissus et fouette l’étoffe lâche de nos vêtements. Nous nous serrons, nos peaux frissonnent au contact de l’autre. Ses mains, ses cheveux, son souffle… Nous fendons l’air léger, et au-dessus de nos casques la voûte céleste explose et s’illumine d’innombrables étoiles. Cette nuit d’été est paisible, mystérieuse et peuplée de ces douceurs qui s’évanouissent à l’aube. Elle est aussi éphémère, et ne ressemblera à aucune autre. Nous nous y engouffrons sans crainte, comme nous dégustons une pâtisserie aussi noire qu’un Sacher Torte par Kaffeehaus.

Continuer la lecture de « Sacher par Kaffeehaus »

Virgilia par Maison Caffet

Aucun Apollon ne pouvait les émouvoir, la fraise et la vanille s’épanouissaient dans leur sensualité féminine. Et plus elles se développaient, plus elles devenaient délicieuses, plus elles se trouvaient irrésistibles. Attirées l’une vers l’autre, elles comprirent que leur amour devait être un feu d’artifice de saveurs et de sensations. Elles pouvaient s’aimer, et choisir de ne pas se conformer à des schémas imposés. Et même si les regards des autres pouvaient parfois réveiller une blessure dormante dans leur cœur, elles revendiquaient leur amour comme un acte de joie, un manifeste pour celles qui les suivraient. Leur union fait notre bonheur en pâtisserie, dans un entremets Virgilia par Maison Caffet.

Continuer la lecture de « Virgilia par Maison Caffet »

Baba aux Fruits Rouges par Jean-François Foucher

Quand une personne aime une autre, elle dit : toi, je t’aime ! Mais pour nous, ce n’est pas aussi simple. Il y a des choses que nous ne pouvons pas dire comme tout le monde. Nous sommes obligés de prendre des détours, nous avançons à reculons, nous faisons mine de parler pour quelqu’un d’autre… Nous connaissons le prix à payer pour un aveu. Alors nous reprenons nos sentiments et nous les oublions, nous nous oublions. Ce n’est pas vrai que nous l’aimons, ils se sont trompés ! Ne sommes-nous pas que des amis ? Nos regards qui s’accrochent, nos joues qui rougissent, notre cœur qui bat, ce n’est que par amitié. Et quand son absence nous fait souffrir, c’est aussi par amitié, rien d’autre. Tout le reste est passager, un alcool qui se dilue et nous libère enfin, un rhum léger et sans conséquence comme dans un Baba aux Fruits Rouges par Jean-François Foucher.

Continuer la lecture de « Baba aux Fruits Rouges par Jean-François Foucher »

Macaronade par Eric Kayser

C’est le même film que nous recommençons à tourner. Nous avons joué la scène fatidique cent fois, celle où nous tombons dramatiquement dans ses bras. Et nous avons pensé à tout : le cadrage, les costumes, l’ambiance, la musique ! Notre imagination n’a rien laissé au hasard. Nous rejouons cette séquence sans arrêt, encore et encore, jusqu’à ce que le quotidien nous rattrape… C’est comme quand nous nous baladons dans les pâtisseries parisiennes, et nous voyons sans cesse ces macarons roses garnis de framboises se répéter inlassablement. Ont-ils tous le même goût ? Sondons une de ces Macaronades par Eric Kayser pour savoir ce qu’il en est.

Continuer la lecture de « Macaronade par Eric Kayser »