Tartelette aux Figues par Le Boulanger de la Tour

La figue, si désirable en cette fin de saison, n’est pas le fruit le plus simple à intégrer dans une pâtisserie. Gardée fraîche, sa saveur peut parfois être trop discrète dans une composition. Présentée confite, son parfum peut être significativement transformé par rapport à la version crue. Comment sortir de cette situation inextricable ? Certaines pâtisseries réussissent à trouver l’équilibre entre la fraîcheur végétale du fruit et son côté sirupeux une fois confit. Le Boulanger de la Tour y arrivera-t-il avec une Tartelette aux Figues ? Nous le vérifions.

Continuer la lecture de « Tartelette aux Figues par Le Boulanger de la Tour »

Millefeuille Glacé par Une Glace à Paris

Toute la nuit les draps nous étouffent, nous nous en voulons d’être tombés dans son piège. Encore une fois nous avons cru à l’amour, mais nous avons trébuché. Pourquoi la vie est-elle si compliquée quand nos sentiments sont si simples ? Chaque aventure nous rappelle que nos cœurs d’enfants ne sont pas faits pour ce monde, ils s’y font piétiner impitoyablement. Derrière nos paupières qui se ferment la douleur reste éveillée : comment combler son absence à présent ? Quel livre, quelle musique, quelle distraction l’enlèvera de nos pensées ? Les heures passent et ce lit encore chaud la veille est devenu tout froid, comme un Millefeuille glacé par Une Glace à Paris.

Continuer la lecture de « Millefeuille Glacé par Une Glace à Paris »

Solliès par Mori Yoshida

Nous avons bu l’eau du Léthé comme si nous nous jetions du haut d’une falaise. Nous avons porté à nos lèvres la coupe trempée dans ses flots calmes, et tout a été anéanti dans un puissant oubli. Le passé a disparu, le futur est devenu un rêve lointain. Il ne nous est resté que l’instant présent, ce bref moment où l’on peut connaître une réelle liberté, où l’on est détaché de tout. Car si la vie est pleine de blessures, à quoi nous servirons nos souvenirs ? Autant oublier, vivre l’instant présent, éphémère comme une saison qui passe trop vite. Il n’est délicieux que par sa fugacité. Ainsi la saison des figues ne passera pas sans que nous en profitions avec une pâtisserie automnale, la Solliès par Mori Yoshida.

Continuer la lecture de « Solliès par Mori Yoshida »

Symphonie par L’Osmanthe

Quand les premières notes de l’orgue retentirent dans l’église, nous tressaillîmes de tout notre être. Il nous semblait que les pierres de l’édifice bougeaient, les ondes traversaient la matière et nous traversaient indifféremment. Au fur et à mesure que l’organiste jouait, c’était Bach lui-même qui nous racontait une histoire, qui susurrait à nos oreilles le début et la fin, avec ses repos et ses soubresauts, ses joies et ses chagrins. Toutes les émotions venaient en nous, apparaissaient puis disparaissaient, et c’était troublant de réaliser à quel point la musique fait flotter la conscience sur une mer agitée et hors de contrôle. C’est cela le pouvoir d’une symphonie, un mystère que nul n’a encore percé. Une symphonie pâtissière aura-t-elle le même effet sur nous ? Seule une audition de cet entremets provenant de la pâtisserie L’Osmanthe nous le dira vraiment.

Continuer la lecture de « Symphonie par L’Osmanthe »

Délice de Poire par Nelly Julien

L’Adieu est écrit dans l’instant même d’une première rencontre. Chaque joie contient en elle sa peine, chaque espoir sème la graine d’un désenchantement futur. Ainsi l’amour nous transcende et nous menace à la fois, en nous donnant le bonheur tout en nous laissant entrevoir sa sombre fin où l’on souffre de tout ce qui a été cassé dans notre cœur. L’été nous a donné un soleil infini alors que c’est l’automne qui nous attend, et nous le voyons poindre avec ses couleurs et ses saveurs. La poire commence alors à s’inviter dans les pâtisseries, comme dans ce délice de poire par Nelly Julien.

Continuer la lecture de « Délice de Poire par Nelly Julien »