Casse-Croûte par Muscade

En attendant l’aurore, je m’asseyais toujours près de la fenêtre de ce chalet de montagne, à la lumière du jour naissant. C’était au moment où j’approchais précautionneusement mes lèvres de mon bol de thé que je voyais la faible lumière qui s’y réfléchissait, puis c’était mon visage qui apparaissait et prenait forme à la surface du liquide. Je m’observais, clignant des yeux. J’étais tout au moment présent, tout à mon thé, puis je brouillais aussitôt l’image en y trempant un biscuit. Les petites vaguelettes m’éparpillaient, pendant que je faisais fondre le sablé en le portant sur ma langue. Je le trouvais trop simple ce biscuit, il lui manquait une garniture, du caramel, du praliné, ou autre chose… C’est ce que je trouvai quelques jours plus tard dans les Casse-Croûte de la pâtisserie Muscade.

Continuer la lecture de « Casse-Croûte par Muscade »

La Cacahuète par Cédric Grolet, le Meurice

Je lève le verre, je trinque et je bois d’un trait, puis je le fais résonner contre la table de bois pendant que le liquide chaud coule dans ma gorge. La soirée est belle dans cette montagne enneigée, où le temps semble arrêté, où je me crois hors d’atteinte. Pour un instant j’ai le sentiment de posséder tout ce qui compte au monde. Les rires fusent autour de moi et je me laisse emporter par le parfum de cette liqueur herbacée qui me caresse à nouveau les narines. Puis soudainement, je ne sais plus si c’est la joie ou la douleur qui me fait rire. La discussion autour de moi s’assourdit comme un écho qui me renvoie à moi-même. Je me sens plein, et je me sens vide. Je suis le tout, et je ne suis qu’une partie. Comment redevenir entier à nouveau quand l’autre me manque ? La Cacahuète par Cédric Grolet n’est qu’une moitié aussi, mais sera-t-elle synonyme de plénitude ?

Continuer la lecture de « La Cacahuète par Cédric Grolet, le Meurice »

Tartelette à l’Orange par Jean-Paul Hévin

Quelqu’un m’a dit que les problèmes existentiels se règlent simplement en existant. L’évidence de cette petite phrase lancée au détour d’une conversation, et l’assurance qu’elle apporte, m’a fait comprendre que les choses qui me préoccupent peuvent être arrangées d’une façon plus coite. Il me suffit peut-être d’être là, d’être entièrement au moment présent, de vivre et de voir. Si l’on ne se pose pas de questions, y a-t-il alors encore un problème ? Ne pas se laisser en proie aux doutes et aux questionnements de tout genre est un acte volontaire, un vrai effort de chaque instant. C’est une vertu d’arriver à observer les choses telles qu’elles sont, de les nommer simplement. Chez Jean-Paul Hévin, une Tartelette à l’Orange dit bien ce qu’elle est, sans tralala. Voyons ce qu’elle nous réserve.

Continuer la lecture de « Tartelette à l’Orange par Jean-Paul Hévin »

Saint-Honoré par Le Bristol

Son regard opalin est vide, désespérément vide, bien qu’il ait été si expressif autrefois, il est maintenant dépourvu de tout sentiment, de tout courage, de tout sens. Nous observons ses grands yeux, nous essayons de comprendre ce qu’il s’est passé, mais il n’y a plus rien : ils sont très ouverts mais bien éteints. Ils sont devenus banals, que leur est-il advenu, eux qui nous ont scruté auparavant comme un couteau qui fouille dans notre cœur ? Tout meurt. Ce que nous avons connu semble avoir disparu, et c’est comme une libération. Son regard est dorénavant blanc, anodin, de la couleur laiteuse d’une crème sur une pâtisserie que nous nous apprêtons à étudier, un Saint-Honoré par Julien Alvarez au Bristol à Paris.

Continuer la lecture de « Saint-Honoré par Le Bristol »

Pomme Caramel au Beurre Salé par La Confiserie du Maine

À chaque étoile filante qui passait, nous avions fait le même vœu. Les yeux rivés vers le ciel, nous attendions leur traînée d’or dans l’obscurité de la nuit, nous les guettions : il ne fallait pas les rater, elles étaient très fugaces ! Nous nous étions tellement appliqués que cela devait bien fonctionner. Pourtant les nuits et leurs étoiles passaient les unes après les autres, et notre vœu ne se réalisa pas… N’y avait-il aucun astre pour se préoccuper de notre sort ? Filantes, éphémères, nous voulions les retenir, prolonger leur passage dans ce monde, nous accrocher à leur légende. Nous avions peut-être encore la chance d’être naïfs. Nous aurions voulu les figer comme une traînée d’or sur la surface de l’entremets Pomme Caramel au Beurre Salé par La Confiserie du Maine. Voyons si lui nous réserve une quelconque magie.

Continuer la lecture de « Pomme Caramel au Beurre Salé par La Confiserie du Maine »