Macaron Caramel et Poire par Gourmandises

Nos sociétés ont parfois du mal à accepter la singularité. Tout a tendance à devenir standardisé, automatisé, contrôlé, formaté de façon à pouvoir être facilement branché à un système, être identifié et mis dans une case. Dans cet environnement, il est de notre devoir de résister à cette uniformité, il est nécessaire et vital de revendiquer sa différence, de prôner la complexité des choses. Cette complexité est réellement un acte de résistance. Alors que l’on pense avoir affaire à un macaron tout simple, d’une couleur absolument neutre, nous découvrons en réalité la délicatesse et la multiplicité des saveurs au cœur de cette création par Gourmandises Paris.

Continuer la lecture de « Macaron Caramel et Poire par Gourmandises »

Kouign-Amann par De Belles Manières

Ils en mangent des gâteaux étonnants en Bretagne ! Et ce n’est pas le beurre qui fera peur aux Bretons. Voici pour preuve le dénommé Kouign-Amann, cogneur et pas couineur, avec tout le beurre et le sucre que le Ciel permet d’y mettre sans que l’on se modérasse. Est-ce trop ou n’est-ce pas assez ? Une seule façon de tirer cette affaire au clair : il nous le faut goûter ! Alors en toute logique c’est dans une boulangerie parisienne que nous en avons trouvé un, précisément chez De Belles Manières où nous allons le juger.

Continuer la lecture de « Kouign-Amann par De Belles Manières »

Le Saint-Honoré par Cédric Grolet Opéra

Nous venions de fermer nos yeux sur l’oreiller quand une sensation étrange s’empara de nous. Dans l’obscurité, les draps, les meubles, les murs et toutes les limites physiques de la chambre commencèrent à s’estomper. C’était une impression mystérieuse d’être suspendu, non pas soi-même, mais plutôt d’avoir sa conscience suspendue en équilibre entre deux réalités. L’une s’effaçait tandis que l’autre reprenait forme autour de nous, en revenant d’un souvenir lointain. Avec les paupières closes, notre corps ressentit à nouveau les sensations d’une autre chambre, comme si nous avions été transportés dans le passé vers un lieu que nous avions abandonné. La chose la plus étonnante était cette faculté du cerveau à recréer une réalité déconnectée des conditions physiques, même si ces dernières nous rattrapèrent aussitôt que nous rouvrîmes les yeux. Alors maintenant, à l’heure où nous dégustons un Saint-Honoré par Cédric Grolet tout à fait différent de sa forme habituelle, suffira-t-il de fermer les yeux pour reconstituer les sensations attendues de ce dessert ?

Continuer la lecture de « Le Saint-Honoré par Cédric Grolet Opéra »

Le Millefeuille par Kevin Lacote

Quand les épreuves passeront – et elles passeront – la vie aura une saveur toute nouvelle. Plus aucune poignée de main ne sera insignifiante, plus aucune étreinte ne sera indifférente, plus aucun échange ne sera discrédité. Ce sera un bouillonnement, une énergie qui jaillit comme le printemps qui se fait attendre, et qui se manifestera enfin dans toute sa force. C’est alors que les choses naguère habituelles auront un goût qui nous semblera surprenant à nouveau, et nous nous délecterons de toutes les douceurs qui nous avons trouvées anodines avant. Même parmi les pâtisseries les plus classiques nous trouverons peut-être une originalité saisissante, et c’est ce que nous rechercherons dans ce Millefeuille par Kevin Lacote.

Continuer la lecture de « Le Millefeuille par Kevin Lacote »

Le Dalloyau par Dalloyau

La vérité, chers lecteurs gourmands, est assommante. On peut croire aux bonnes intentions, aux nobles sentiments, et pourtant la vie nous rappelle toujours à la raison, à sa propre raison. La vérité ce sont les pensées insidieuses qui se cachent derrière les sourires, les failles qui se cachent derrière les passions, les arrangements qui se cachent derrière les amitiés. Que faire ? L’Homme est faible et lâche. Nous le sommes tous. Que faire, à part être indulgent, et jeter un regard bienveillant sur nos êtres qui se démènent comme ils peuvent dans ce monde absurde ? Car connaître cette vérité adoucit les mœurs, crée la compassion : les autres c’est nous, ce sont nos semblables. Il n’y a qu’un seul être humain comme il n’y a qu’une seule saveur principale dans cet entremets signature par Dalloyau.

Continuer la lecture de « Le Dalloyau par Dalloyau »