Le Mont-Blanc par Boulangerie Bo

Pourquoi je l’aime ? Il n’y a qu’une seule réponse vraie : je ne sais pas. Pourtant, j’ai été persuadé pendant longtemps que, toute chose pouvant être expliquée, il y aura toujours une raison à mes sentiments. Mais je me retrouve bien plus humble face à la réalité : je ne sais pas ! Je ne connais pas ce mécanisme intérieur qui s’est enclenché, je me rends compte qu’il y a encore en moi une part mystérieuse qui a résonné avec quelque chose de l’autre, et que cela échappe à ma conscience. Sachant que j’ignore les arcanes de mes émotions, je peux néanmoins essayer de comprendre pourquoi j’aime une pâtisserie. Cela est peut-être plus à ma portée, alors je tenterai de décoder ce Mont-Blanc de la Boulangerie Bo.

Continuer la lecture de « Le Mont-Blanc par Boulangerie Bo »

Le Mont-Blanc par Pâtisserie Le Bon

Chaque montagne est plus haute que celle qui la précédée, pourtant il faut la franchir. C’est l’effort constant, le chemin que l’on fait pas après pas. Il nécessite de croire à un idéal, il exige une forme de solitude incompréhensible aux autres. Et puis il faut essayer d’oublier ses peurs… Car elles reviendront tôt ou tard pour manger le monde. Au sommet de chaque montagne, tout se remet à zéro. Une nouvelle page blanche est à écrire, c’est notre Mont-Blanc. Nous le prenons à deux mains et le mordons à pleines dents ! Voyons ce que nous réserve celui de la Pâtisserie Le Bon.

Continuer la lecture de « Le Mont-Blanc par Pâtisserie Le Bon »

Le Mont-Blanc par Muscade

Quand certains le font parfaitement désordonné, d’autres s’emploient à le tarabiscoter pour notre plus grand appétit. Le Mont-Blanc se prête aux formes les plus travaillées grâce à la crème de marrons qui le recouvre entièrement et qui, correctement pochée, crée motifs et arabesques à volonté. À la pâtisserie Muscade, elle est disposée pointe par pointe sur toute la surface du dessert qui prend une forme pyramidale peu commune ! Nous testons ce Mont-Blanc qui soigne particulièrement son apparence ! 

Continuer la lecture de « Le Mont-Blanc par Muscade »

Le Mont-Blanc par Le Moulin de la Vierge

Une dernière étreinte, une dernière accolade qui protège et qui rassure. Un tourbillon dans ses bras : c’est ce que nous n’aurons plus jamais. Il est trop tard, l’horloge ricane doucement. Le temps s’est écoulé et tout a fui sans retour, lentement et doucement, sans que nous nous en rendions compte. Et pour retrouver cette étreinte il faudra maintenant la chercher en vain partout, s’emporter dans des tourbillons émotionnels factices, comme si nous suivions la trajectoire chaotique des vermicelles de crème de marrons qui s’enchevêtrent et qui tournent autour d’un Mont-Blanc par Le Moulin de la Vierge. Tournoyer pour vivre, peut-être pour fuir, pour oublier.

Continuer la lecture de « Le Mont-Blanc par Le Moulin de la Vierge »

Le Mont-Blanc par Carl Marletti

En fermant les yeux nous pouvons encore ressentir sa présence aujourd’hui, revenir dans notre mémoire au point de faire réapparaître sa silhouette à notre conscience. Son sourire se dessine alors devant nous, et son regard s’illumine pour nous fixer en retour. Il est d’un bleu qui nous bouleverse, d’une profondeur mystérieuse que nous n’avons jamais comprise. Ses yeux clairs semblent refuser la tristesse, ils s’obstinent à ne rien regarder d’autre que la lumière. Et nous revoyons ses cheveux, d’une couleur de châtaigne sous la lumière qui entre par la fenêtre toujours ouverte. Leur couleur c’est l’automne qui a refroidi nos plaies depuis longtemps, c’est la réminiscence de saveurs que nous retrouverons dans un Mont-Blanc par Carl Marletti.

Continuer la lecture de « Le Mont-Blanc par Carl Marletti »