Gâteau Orange Amande par Rose Bakery

Pour être honnête, il faut être fondamentalement libre. Je commence à comprendre que c’est un apprentissage, car on part tous d’un endroit où l’on veut d’abord plaire. Vouloir plaire, c’est parfois prendre un rôle convenable. On veut plaire à la société, plaire à ses amis, plaire à ses parents, être à la hauteur des attentes que l’on a de nous. Et ce n’est qu’avec le temps que l’on se défait de ces injonctions qui nous emprisonnent. On commence alors à être franc avec soi-même, et par conséquent avec les autres. Être libre est un apprentissage de tous les jours, et c’est en se libérant de l’avis des autres que l’on devient honnête, aussi limpide qu’un Gâteau Orange Amande par Rose Bakery. Celui-ci nous dit tout de son état avec seulement le nom qu’il porte !

Continuer la lecture de « Gâteau Orange Amande par Rose Bakery »

Fraîcheur d’Agrumes par Dalloyau

Entre la parole et le silence, il existe un espace où nous pouvons nous retrouver. Nul besoin de nous parler ou de nous taire : les deux me font mal. Mais savoir que tu existes me suffit et me rend joyeux. Entre la parole et le silence réside ce que j’ai renoncé à comprendre, cette chose qui m’a ravivé et que je n’ai pas le droit de contempler. Je l’ai ressentie comme un souffle printanier sur une terre brûlée, une fraîcheur d’agrumes qui change la saveur d’une journée morose. C’est chez Dalloyau que j’ai trouvé une telle douceur.

Continuer la lecture de « Fraîcheur d’Agrumes par Dalloyau »

L’Oranger par Sébastien Gaudard

C’est peut-être illusoire de penser que je peux trouver un quelconque repos, et pourtant cette conscience de la vanité ne me console pas. J’aimerais un jour ne plus me sentir différent, incompris, ou abandonné. Est-ce que ce mal ne se répare jamais ? Je voudrais retrouver l’insouciance. Pourtant, l’aiguille s’enfonce lentement dans ma peau, le temps passe et elle est toujours là. Quand j’étais petit, j’en prenais une grande et je piquais les oranges. Puis je les pressais entre mes mains pour en faire sortir tout le jus et le boire. C’est peut-être la façon la plus gourmande de les déguster. Mais on peut aussi en profiter dans des pâtisseries, comme dans cet Oranger trouvé chez Sébastien Gaudard.

Continuer la lecture de « L’Oranger par Sébastien Gaudard »

Tartelette à l’Orange par Jean-Paul Hévin

Quelqu’un m’a dit que les problèmes existentiels se règlent simplement en existant. L’évidence de cette petite phrase lancée au détour d’une conversation, et l’assurance qu’elle apporte, m’a fait comprendre que les choses qui me préoccupent peuvent être arrangées d’une façon plus coite. Il me suffit peut-être d’être là, d’être entièrement au moment présent, de vivre et de voir. Si l’on ne se pose pas de questions, y a-t-il alors encore un problème ? Ne pas se laisser en proie aux doutes et aux questionnements de tout genre est un acte volontaire, un vrai effort de chaque instant. C’est une vertu d’arriver à observer les choses telles qu’elles sont, de les nommer simplement. Chez Jean-Paul Hévin, une Tartelette à l’Orange dit bien ce qu’elle est, sans tralala. Voyons ce qu’elle nous réserve.

Continuer la lecture de « Tartelette à l’Orange par Jean-Paul Hévin »

Baba au Rhum par Cyril Lignac

Comme si nous étions ivres, nous avions découvert quelque chose en nous que nous n’osions pas accepter. C’était l’évidence soudaine qui nous laissait interdits. Être là, dans cet exil du monde, ce n’était rien et c’était beaucoup. C’était un alcool qui nous envoûtait méthodiquement : une gorgée nous allégeait, un verre nous relâchait, une bouteille entrouvrait une porte sur le fond de l’âme. Nous dérivions irrésistiblement… était-ce du courage ou de la lâcheté ? Au gré de nos courants intérieurs, des vagues nous soulevaient et nous échouaient nulle part. Ensemble, ce n’était rien et c’était beaucoup. Maintenant qu’à l’aube tout s’efface, voyons si l’alcool d’une pâtisserie prolongera notre voyage, vers la douceur d’un Baba au Rhum par Cyril Lignac.

Continuer la lecture de « Baba au Rhum par Cyril Lignac »