Alizés par Les 3 Chocolats

Tout était calme en cette fin de journée quand nous nous mîmes à la fenêtre pour observer le crépuscule. Dans la quiétude inhabituelle de la ville, nous ressentîmes soudain une faiblesse qui nous arrêta. D’abord insoupçonnée, c’était comme une chose enfouie en nous qui trouvait enfin le moyen de surnager sur nos sentiments. Alors, revinrent nous submerger comme une vague la difficulté de l’enfance, la solitude de la fuite, la déception de l’amour, les batailles pour survivre, la mort des êtres chers… toutes à la fois nous serraient le cœur, nous étouffaient. Il nous fallait respirer, et c’est une de ces brises du soir qui nous caressa les joues en ouvrant la fenêtre, berça notre chagrin puis l’emporta comme un souffle au-dessus des toits de Paris. Tout cela n’était donc rien, c’était le vent qui nous faisait avancer, nos Alizés à nous. Vers où nous mèneront-ils ? Tentons de le savoir avec cet entremets Alizés par Les 3 Chocolats.

Continuer la lecture de « Alizés par Les 3 Chocolats »

Assortiment de Mochis par La Maison du Mochi

Il a cette douceur attentive et calme qui laisse entrevoir l’instant où tout peut basculer. Il manifeste la tiédeur inquiétante des non-dits, ceux qui résonnent encore dans le silence, et possède l’étrangeté d’un cri sourd que l’on pousse dans le vide et que personne n’entend. Tout y est amorti, cotonneux et tendre, avant de se rattraper en intensité. Sa peau se déforme sous nos doigts et n’oppose aucune résistance, nous le prenons dans nos mains et nous le mordons à pleines dents, dans un petit nuage de poudre blanche qui se soulève et nous souffle soudainement sur le visage. Nous savourons ainsi le mochi, et nous en avons trouvé de plusieurs sortes à La Maison du Mochi à Paris. Étudions cette pâtisserie japonaise et tout ce qu’elle nous fait ressentir.

Continuer la lecture de « Assortiment de Mochis par La Maison du Mochi »

Mon Kœur par Christophe Michalak

Rouge comme une morsure saignante, le « Kœur » enflamme les vitrines des pâtisseries de Christophe Michalak par sa couleur sulfureuse et son glaçage luisant. C’est comme un signal d’alerte auquel nous ne pouvons que répondre ! Irrévocablement nous le prenons dans nos mains et nous y plantons nos dents, son glaçage rouge s’épanche sur nos lèvres, coule sur nos doigts, tandis que nous absorbons toute sa substance en fermant les yeux. Que contient-il et quel effet ressentons-nous ? Continuer la lecture de « Mon Kœur par Christophe Michalak »

Opéra Yuzu par Pain Pain

Il est presque vingt heures quand nous entrons dans la salle et les spectateurs sont déjà bien installés. Dans le frou-frou de leurs vêtements contre les fauteuils résonnent des chuchotements de dernière minute, et de la fosse nous proviennent les notes des musiciens qui font leurs ultimes accords. Bien qu’elles ne soient pas les meilleures places du Palais Garnier, nous aimons les loges du premier étage. Elles offrent un semblant d’intimité et permettent de mieux promener notre regard sur l’orchestre et le balcon, de voir qui s’est dépêché ce soir à l’Opéra, de remarquer parfois certaines toilettes extravagantes. Mais aussi, quand le spectacle commencera, c’est sur le velours de leur rampe que nous pourrons nous échouer, transportés par nos émotions comme des feuilles sur un cours d’eau. Et bien que les histoires soient parfois bêtes à pleurer, il n’y a que l’opéra pour nous faire vivre cela. Mais peut-être aussi certaines pâtisseries… Tentons cet Opéra Yuzu par la boulangerie et pâtisserie Pain Pain et voyons ce qu’il nous fera ressentir.

Continuer la lecture de « Opéra Yuzu par Pain Pain »

Les Titis Parisiens par Les 3 Chocolats

« Il n’avait pas de gîte, pas de pain, pas de feu, pas d’amour ; mais il était joyeux parce qu’il était libre. » C’est avec ces mots que Victor Hugo dresse un émouvant portrait du personnage de Gavroche, archétype du titi parisien, dans son roman Les Misérables. Comme ce célèbre gamin, les personnes qui savent être vraiment joyeuses sont en réalité celles dont le cœur cache des abysses insoupçonnés. La joie de vivre se nourrit de l’ombre qui nous habite, elle se réalise grâce une tension permanente émanant de cette mise en contraste. Elle sauve du piège du bonheur. Chez Les 3 Chocolats, les Titis Parisiens sont aussi le nom d’une spécialité à mi-chemin entre le chocolat et la pâtisserie. Ce sont des bonbons où l’on retrouve ce contraste entre une apparence décorée et colorée, et un cœur dense aux saveurs profondes. Nous en avons interpellé six dans leur boutique pour les passer en revue ! Continuer la lecture de « Les Titis Parisiens par Les 3 Chocolats »