Tarte au Chocolat par David Doualan

De cette terrasse en bord de mer, je me souviens surtout du pavement fait de petits galets pris sur la plage. Ronds et lisses, ils étaient plantés dans le sol, faisant de petites arabesques selon leur couleur, noire ou grise. Je ressens encore ces petites bosses qui s’enfoncent dans la peau tendre de mes pieds et me font perdre l’équilibre. C’est leur dureté et leur chaleur qui me restent, et ce contraste entre leur aspect doux et leur rudesse qui cogne la peau. Quand je referme la bouche sur une tarte au chocolat par David Doualan, je suis de nouveau sur cette terrasse, je ressens encore ces petits coups que le grué de cacao donne dans la pulpe de mes lèvres, avant qu’elles ne s’enfoncent profondément dans le fondant d’une ganache. Cette pâtisserie aura-t-elle l’intensité du souvenir ?

Continuer la lecture de « Tarte au Chocolat par David Doualan »

[Noël] La Bûche de Non-Ël par Homade

L’année a coulé comme l’eau d’un torrent, rapide, imprévisible, et elle nous a profondément changés. Comme chaque année qui passe, à laquelle on réfléchit nécessairement autour d’une bûche de Noël, elle a aussi été un apprentissage pour nous, et c’est la chose la plus importante. Nous avons compris certaines de nos failles, des blessures souterraines ont refait surface, nous avons réalisé qu’il fallait se les pardonner soi-même pour les dépasser. Nous avons appris à résister à certaines émotions, à apprivoiser certaines pensées. Et nous avons réussi à nous détacher, à apprécier chaque joie comme une chance que nous avons saisie. 2020 a été une année exceptionnelle à tous les niveaux, nous en ressortons différents, mais joyeux. Elle peut désormais faire partie du passé, car il y a un avenir à écrire, et nous comptons bien le mordre à pleines dents ! Cet avenir commence maintenant, avec une première bouchée de la Bûche de Non-Ël par Homade.

Continuer la lecture de « [Noël] La Bûche de Non-Ël par Homade »

Entremets au Praliné par La Maison du Chocolat

Le voyage le plus lointain, la voiture la plus rapide ou les chevaux les plus infatigables : rien ne semble nous emmener suffisamment loin de ce pays, de ce vaste chagrin où nous sommes, quand l’autre l’a déserté. Comment anesthésier notre cœur ? Nous voudrions endormir la douleur. Car il n’y a pas de solution, il n’y a pas d’échappatoire. C’est ainsi. Nous restons où nous sommes et nous devons simplement l’oublier, ne plus y penser. Et nous rentrons chez nous chaque soir en pensant que l’amour est parfois injuste, que nos sentiments sont ce qu’ils sont, qu’il ne faut plus y réfléchir car un jour tout cela sera du passé. Nous nous réfugions alors dans la douceur d’un praliné, dans un entremets proposé à La Maison du Chocolat que nous nous apprêtons à expérimenter.

Continuer la lecture de « Entremets au Praliné par La Maison du Chocolat »

Opéra par Carette

Le drame, la tragédie, en a-t-on jamais assez ? Convenez qu’il faut toujours en remettre une couche, autrement la vie serait un peu trop tiède ! Nous craignons de nous ennuyer… Nous voulons des larmes, des cris, nous voulons des complaintes, nous voulons de l’Opéra ! De la tragédie certes, mais attention : seulement sur scène, dont les limites restent à définir. N’est-ce pas l’espace rêvé où les émotions humaines sont poussées à leur paroxysme ? Dans les gâteaux nous pouvons aussi ressentir de fortes émotions, voyons si ce sera le cas avec un entremets Opéra par Carette.

Continuer la lecture de « Opéra par Carette »

La Merveille par Yann Couvreur

Ce renard de Yann Couvreur est doué pour faire
Des gâteaux qui inspirent la joie, les plaisirs,
L’amour ! Qu’il nous prenne alors, sans trop nous déplaire,
À parti dans son doux et délicieux délire.

Dans tous les sens que l’on peut bien imaginer,
Une pâtisserie accomplira son dessein :
En ces conditions il est sot de se priver !
Nous avons choisi, mise dans son bel écrin,

Sa fameuse Merveille. C’est en réalité
Une association de saveurs qui nous est chère !
Ce que l’on trouve caché sous son tablier
De chocolat, ce sont des meringues légères !

Continuer la lecture de « La Merveille par Yann Couvreur »