[Pâques] Le Hérisson par Patrick Roger

De grâce, dites « Le Hérisson », mais pour rien au monde ne dites « L’hérisson » ! J’en mourrais ! Le H est aspiré, il n’est pas muet, il ne l’a jamais été. Alors faire l’élision, ce serait choir ! Des rumeurs tenaces me sont encore parvenues, prétendant que les règles orthographiques ont changé et que cette affaire sérieuse bénéficie dorénavant d’une prétendue tolérance. C’est absolument mensonger ! Je vous prie de renvoyer les colporteurs de cette fausse information dans leurs ténèbres. En attendant, régalons-nous ensemble d’un Hérisson de Pâques par Patrick Roger. On n’en laissera rien, et on saura que son H est aspiré ! Ouf. C’est très important pour la dégustation.

Continuer la lecture de « [Pâques] Le Hérisson par Patrick Roger »

Religieuse Chocolat Vanille par La Grande Épicerie de Paris

La beauté est partout, même dans les choses auxquelles nous sommes le plus habitués. Je ne suis pas de ceux qui perdent goût, dont les sens s’émoussent jusqu’à devenir blasé… Tout m’intéresse et tout m’amuse ! Parce qu’au fond, pourquoi laisser libre cours à l’ennui ? Je reste en errance, mais je ne suis pas perdu. Ainsi j’ai beau goûter des religieuses, j’essaye toujours de trouver ce qui est propre à chacune. J’inspecte dévotement celle de La Grande Épicerie de Paris!

Continuer la lecture de « Religieuse Chocolat Vanille par La Grande Épicerie de Paris »

Éclair au Chocolat par Blé Sucré

Ce qui me sauve c’est l’idée que tout reste possible, je le pense et je le ressens. Je sais que je peux me modeler comme je le souhaite, je peux forger mon corps, travailler ma nature, prendre des risques, essayer un rôle, repousser mes limites. Je ne suis pas fait pour un seul moi. Il y a différentes façons d’être, ainsi l’on peut être un éclair au chocolat de plusieurs manières, et si l’on suit la recette de Blé Sucré alors on sera un éclair résolument différent ! Je vous le détaille précisément.

Continuer la lecture de « Éclair au Chocolat par Blé Sucré »

Le Praliné par Lastre Sans Apostrophe

C’est un immense champ d’orties, elles s’élèvent jusqu’à mes coudes ! Urticantes, affreuses, mauvaises, elles me réservent leurs feuilles les plus piquantes, grandes ouvertes pour lécher ma peau très sensible. Pourtant, au milieu de ces herbes du diable et de leur venin, il y a une petite fleur. Je veux la cueillir. Je ne suis pas obligé, personne ne m’y pousse, et personne d’autre n’en veut. Mais elle est à moi, elle représente le monde entier. Les bras écorchés, les genoux brûlés, coûte que coûte, j’irai la chercher, je la sentirai pour oublier la douleur. Et tout ce qui m’a piqué ne sera plus qu’un amusement parmi d’autres, comme ce praliné par Lastre Sans Apostrophe qui me picote doucement la langue.

Continuer la lecture de « Le Praliné par Lastre Sans Apostrophe »

La Religieuse au Chocolat par Carl Marletti

Tu me manques, toi qui m’attendais patiemment en bas de mon hôtel, dans cette Californie chaude et nonchalante. Pacific Coast Highway, je me vois encore sautant dans ta voiture, juste à temps pour rattraper le coucher du soleil. Combien de temps est passé depuis que nous nous sommes vus ? Nous n’avions rien en commun, aussi pauvres l’un que l’autre, et tout à partager. Tu es maintenant une image qui me parle sur mon écran, mais moi je veux à nouveau ton vrai regard bleu dans mes yeux, ton souffle qui s’éteint dans ma nuque, ta main qui s’engouffre dans mes cheveux. Toi, toi, toi… Je voudrais ouvrir ma porte et te trouver là, comme avant. Et qu’on aille dans ce fast food délabré encore ensemble, pour discuter de ton avenir et du mien comme si tout était possible. Mais une chape s’est lentement posée sur nous et sur le monde, un voile noir qui nous recouvre comme il recouvre cette Religieuse au Chocolat par Carl Marletti.

Continuer la lecture de « La Religieuse au Chocolat par Carl Marletti »