L’Excentrique par Les Merveilleux de Fred

Avec les années, nous nous sommes rendu compte rapidement de nos différences. Les choses qui nous semblaient anodines dans l’enfance devenaient soudain des fardeaux écrasants dans le regard des autres. Pourtant, ne vaut-il pas mieux être atypique que banal et insignifiant ? Doit-on se conformer aux règles établies ? Le prix à payer, nous le connaissons. C’est la solitude. C’est ne jamais trouver sa place. Voilà ce qui se cache derrière la joie des excentriques, derrière le sourire de tous ceux que l’on trouve un peu singuliers. Et que se cache-t-il dans le Merveilleux Excentrique de Fred ? Nous nous y intéressons particulièrement.

Continuer la lecture de « L’Excentrique par Les Merveilleux de Fred »

Tarte au Citron par Arnaud Lacroix

Nous avions beaucoup couru, nous nous arrêtâmes essoufflés au bord de la route. De là où nous étions, les champs de tournesols et les vignes s’étendaient au loin, sur une terre vallonnée bordée de forêts et de petits hameaux éparpillés. Nous tentions de contenir tout ce paysage dans notre regard, nous ne voulions pas en oublier tous les détails, toute la beauté. Nous souviendrions-nous un jour de cette sensation d’appartenance, de ce soleil qui nous réchauffait ? Nous rappellerions-nous de cette certitude ressentie que la vie ne nous demandait rien d’autre que d’être heureux ? Les tournesols nous offraient leur grand sourire jaune, nous disaient que tout irait bien. Bordés de leurs grands pétales, ils étaient à l’image de cette Tarte au Citron par Arnaud Lacroix.

Continuer la lecture de « Tarte au Citron par Arnaud Lacroix »

Félicien par La Meringaie

Longtemps nous étions restés dans cet endroit que l’autre avait déserté. Nous frissonnions en pensant à son souvenir, nous nous accrochions à ce qui nous restait, un objet, une écriture, une odeur… les reliques d’un temps révolu. Nous l’admirions, car cela nous permettait de fuir tout ce que nous étions. Et nous avions vraiment pensé que nous nous retrouverions un jour. Mais que nous restait-il de tout cela ? Il n’y avait plus rien autour de nous. Alors un jour, nous partîmes aussi. Sur une autre voie nous nous engageâmes, un chemin enneigé, froid à figer tout ce que nous avions ressenti par le passé. On s’enfonçait dans la neige d’une légèreté et d’une blancheur à nous faire tout oublier, comme une meringue moelleuse et roulée dont La Meringaie s’est faite une spécialité.

Continuer la lecture de « Félicien par La Meringaie »

Le Mont-Blanc par Pâtisserie Le Bon

Chaque montagne est plus haute que celle qui la précédée, pourtant il faut la franchir. C’est l’effort constant, le chemin que l’on fait pas après pas. Il nécessite de croire à un idéal, il exige une forme de solitude incompréhensible aux autres. Et puis il faut essayer d’oublier ses peurs… Car elles reviendront tôt ou tard pour manger le monde. Au sommet de chaque montagne, tout se remet à zéro. Une nouvelle page blanche est à écrire, c’est notre Mont-Blanc. Nous le prenons à deux mains et le mordons à pleines dents ! Voyons ce que nous réserve celui de la Pâtisserie Le Bon.

Continuer la lecture de « Le Mont-Blanc par Pâtisserie Le Bon »

Le Dalloyau par Dalloyau

La vérité, chers lecteurs gourmands, est assommante. On peut croire aux bonnes intentions, aux nobles sentiments, et pourtant la vie nous rappelle toujours à la raison, à sa propre raison. La vérité ce sont les pensées insidieuses qui se cachent derrière les sourires, les failles qui se cachent derrière les passions, les arrangements qui se cachent derrière les amitiés. Que faire ? L’Homme est faible et lâche. Nous le sommes tous. Que faire, à part être indulgent, et jeter un regard bienveillant sur nos êtres qui se démènent comme ils peuvent dans ce monde absurde ? Car connaître cette vérité adoucit les mœurs, crée la compassion : les autres c’est nous, ce sont nos semblables. Il n’y a qu’un seul être humain comme il n’y a qu’une seule saveur principale dans cet entremets signature par Dalloyau.

Continuer la lecture de « Le Dalloyau par Dalloyau »