Tarte Tropézienne par VG Pâtisserie

Attiré par une porte entrouverte, je découvris une petite église nichée entre les maisons du village blanc. Dès que je franchis sa porte, une odeur d’encens m’enveloppa. C’était un parfum fort comme un souvenir qui me transporta vers toi. Ma visite en ces lieux devint alors une halte inespérée posée sur un tas de vanités, de faux-semblants et de jugements qu’était ce village. J’allumai une bougie en pensant à toi, à tout ce que tu m’as apporté dans ma vie. De la fenêtre, mon regard pouvait se promener entre le ciel et la plage en contrebas : tu étais là, dans le ciel ou dans cette terre, ailleurs ou ici, mais avec moi. Il faisait beau comme un jour d’été à Saint-Tropez, quand je m’arrêtais pour déguster une Tarte Tropézienne. 

Continuer la lecture de « Tarte Tropézienne par VG Pâtisserie »

Tarte aux Myrtilles par Chez Meunier

Ce qui m’arrivait était d’une intensité ahurissante, cette déferlante chimique dans mon cerveau que je ne m’expliquais pas, qui prenait le contrôle de ma destinée et qui anéantissait tout le reste ! Je ne pensais pas que je m’en sortirais indemne. L’amour était donc ainsi ? Cela me faisait monter à des sommets inconnus jusqu’alors, puis retomber dans des abysses insondables. Cette violence émotionnelle était telle que plus rien d’autre ne comptait, tout devenait insignifiant en comparaison, zéro ! C’était comme si je ne pouvais plus penser qu’à une seule chose, comme si tout mon être n’aspirait plus qu’à l’amour le plus pur qui fût. Retrouverais-je cette intensité dans une tarte remplie à craquer de myrtilles ? Ce n’est pas impossible !

Continuer la lecture de « Tarte aux Myrtilles par Chez Meunier »

Cheesecake aux Myrtilles et aux Spéculos par Les Artizans

Nous étions tellement exténués que nous aurions pu tomber à ses pieds. Et pourtant nous continuâmes à danser, l’un contre l’autre, dans cette chaleur grisante. Les lumières au plafond nous éblouissaient, la musique nous emportait, et nous étions pris dans un brouillard lumineux où tout disparaissait, tout s’oubliait. Mais c’était surtout son énergie qui nous étonnait, nous faisait tournoyer et nous entraînait tous les deux dans une transe irrésistible. Où diable lui apprenait-on à danser comme ça ? Nos pas marquaient les siens, ils glissaient tout seuls sur la piste luisante, brillante dans le noir comme la surface de ce Cheesecake Myrtilles et Spéculos par Les Artizans.

Continuer la lecture de « Cheesecake aux Myrtilles et aux Spéculos par Les Artizans »

Virgilia par Maison Caffet

Aucun Apollon ne pouvait les émouvoir, la fraise et la vanille s’épanouissaient dans leur sensualité féminine. Et plus elles se développaient, plus elles devenaient délicieuses, plus elles se trouvaient irrésistibles. Attirées l’une vers l’autre, elles comprirent que leur amour devait être un feu d’artifice de saveurs et de sensations. Elles pouvaient s’aimer, et choisir de ne pas se conformer à des schémas imposés. Et même si les regards des autres pouvaient parfois réveiller une blessure dormante dans leur cœur, elles revendiquaient leur amour comme un acte de joie, un manifeste pour celles qui les suivraient. Leur union fait notre bonheur en pâtisserie, dans un entremets Virgilia par Maison Caffet.

Continuer la lecture de « Virgilia par Maison Caffet »

Baba aux Fruits Rouges par Jean-François Foucher

Quand une personne aime une autre, elle dit : toi, je t’aime ! Mais pour nous, ce n’est pas aussi simple. Il y a des choses que nous ne pouvons pas dire comme tout le monde. Nous sommes obligés de prendre des détours, nous avançons à reculons, nous faisons mine de parler pour quelqu’un d’autre… Nous connaissons le prix à payer pour un aveu. Alors nous reprenons nos sentiments et nous les oublions, nous nous oublions. Ce n’est pas vrai que nous l’aimons, ils se sont trompés ! Ne sommes-nous pas que des amis ? Nos regards qui s’accrochent, nos joues qui rougissent, notre cœur qui bat, ce n’est que par amitié. Et quand son absence nous fait souffrir, c’est aussi par amitié, rien d’autre. Tout le reste est passager, un alcool qui se dilue et nous libère enfin, un rhum léger et sans conséquence comme dans un Baba aux Fruits Rouges par Jean-François Foucher.

Continuer la lecture de « Baba aux Fruits Rouges par Jean-François Foucher »