La Merveille par Yann Couvreur

Ce renard de Yann Couvreur est doué pour faire
Des gâteaux qui inspirent la joie, les plaisirs,
L’amour ! Qu’il nous prenne alors, sans trop nous déplaire,
À parti dans son doux et délicieux délire.

Dans tous les sens que l’on peut bien imaginer,
Une pâtisserie accomplira son dessein :
En ces conditions il est sot de se priver !
Nous avons choisi, mise dans son bel écrin,

Sa fameuse Merveille. C’est en réalité
Une association de saveurs qui nous est chère !
Ce que l’on trouve caché sous son tablier
De chocolat, ce sont des meringues légères !

Continuer la lecture de « La Merveille par Yann Couvreur »

Carrément Noisette par Choco au Carré

Il y a deux éléments qui savent se créer une intimité particulière : le chocolat et la noisette. Éternelle association de saveur, c’est dans le gianduja qu’elle apparaît comme une harmonie incontournable. Choco au Carré met ces deux saveurs en valeur dans une tarte « Carrément Noisette », craquante, croustillante et fondante à la fois. Voyons quelles sensations elle nous donnera.

Continuer la lecture de « Carrément Noisette par Choco au Carré »

Éclair Brest par Gilles Marchal

Il nous tient à cœur d’agir pour les autres, et de les accompagner à la mesure de nos moyens. Nous essayons de faire de notre mieux, parfois avec tact, parfois maladroitement. C’est que nous imaginons pouvoir créer un monde plus juste… Pourtant, le monde ne nous a rien demandé. Il n’en a probablement rien à faire de nous. À quoi servira cet altruisme que nous pensons avoir si la vraie réalité est l’égoïsme, le nôtre et celui des autres ? Il y a des moments où l’amertume d’un renoncement se distille dans notre quotidien. En un éclair, l’échafaudage de nos idéaux se fracasse contre la nature humaine. Les faux-semblants reviennent, comme un éclair qui veut se faire passer pour un Paris-Brest. Dégustons cet énergumène trouvé dans la pâtisserie de Gilles Marchal.

Continuer la lecture de « Éclair Brest par Gilles Marchal »

Félicien par La Meringaie

Longtemps nous étions restés dans cet endroit que l’autre avait déserté. Nous frissonnions en pensant à son souvenir, nous nous accrochions à ce qui nous restait, un objet, une écriture, une odeur… les reliques d’un temps révolu. Nous l’admirions, car cela nous permettait de fuir tout ce que nous étions. Et nous avions vraiment pensé que nous nous retrouverions un jour. Mais que nous restait-il de tout cela ? Il n’y avait plus rien autour de nous. Alors un jour, nous partîmes aussi. Sur une autre voie nous nous engageâmes, un chemin enneigé, froid à figer tout ce que nous avions ressenti par le passé. On s’enfonçait dans la neige d’une légèreté et d’une blancheur à nous faire tout oublier, comme une meringue moelleuse et roulée dont La Meringaie s’est faite une spécialité.

Continuer la lecture de « Félicien par La Meringaie »

Saint-Domingue par Olivier Stehly

Rentrer dans les flots de l’océan, dans sa nudité et sa vulnérabilité, ressentir la force de l’eau et se laisser aller. C’est dans cette eau que nous nous réconcilions avec notre corps, lui que nous avons tant montré, caché, aimé, haï, entretenu, saboté… Transportés par les vagues nous abandonnons nos combats, et nous flottons, nous dérivons sous le soleil. Dans cette immensité indifférente, nous sommes une île, un endroit mille fois construit et dévasté, un esprit qui ne demande plus que la liberté. Nous rejoignons des territoires lointains, des mondes qui n’existent plus. Saint-Domingue nous appelle par des effluves de chocolat que nous retrouvons dans une pâtisserie d’Olivier Stehly.

Continuer la lecture de « Saint-Domingue par Olivier Stehly »