Tartelette à la Pistache par Tartelettes

Claquemurés dans l’espace infini de nos songes, les choses du quotidien nous paraissent maintenant subalternes, et vaines. Les combats que l’on mène jour après jour, les efforts que l’on fait pour sortir de sa condition, pour se construire parfois contre sa nature, ont-ils une valeur quelconque ? Tout perd son sens dans le chaos. On se retrouve à nu, et c’est la simplicité déconcertante de nos besoins réels qui apparaît enfin. Elle fait chanceler tout l’édifice de nos valeurs que l’on croyait solide. Elle nous ramène vers l’essentiel, comme cette tartelette à la pistache par la pâtisserie Tartelettes nous mène vers sa saveur unique, sans artifices et sans détour.

Continuer la lecture de « Tartelette à la Pistache par Tartelettes »

Chou Praliné et Noix de Pécan par Blé Sucré

Le printemps sera magnifique, nous le savons déjà. Ce soleil que nous voyons parfois poindre par la fenêtre et ce ciel bleu seront là pour tout réparer. Nous pourrons alors revenir aux choses simples qui nous font réellement plaisir, nous renaîtrons différemment, et ce sera le temps de l’amour à nouveau, celui où l’on profitera de ce qu’il y a de plus délicieux dans l’existence. Ce sera le temps des pâtisseries aussi, celles que l’on déguste attentivement à l’ombre d’un arbre au square, comme ce chou au Praliné et à la Noix de Pécan par Blé Sucré.

Continuer la lecture de « Chou Praliné et Noix de Pécan par Blé Sucré »

Le Dalloyau par Dalloyau

La vérité, chers lecteurs gourmands, est assommante. On peut croire aux bonnes intentions, aux nobles sentiments, et pourtant la vie nous rappelle toujours à la raison, à sa propre raison. La vérité ce sont les pensées insidieuses qui se cachent derrière les sourires, les failles qui se cachent derrière les passions, les arrangements qui se cachent derrière les amitiés. Que faire ? L’Homme est faible et lâche. Nous le sommes tous. Que faire, à part être indulgent, et jeter un regard bienveillant sur nos êtres qui se démènent comme ils peuvent dans ce monde absurde ? Car connaître cette vérité adoucit les mœurs, crée la compassion : les autres c’est nous, ce sont nos semblables. Il n’y a qu’un seul être humain comme il n’y a qu’une seule saveur principale dans cet entremets signature par Dalloyau.

Continuer la lecture de « Le Dalloyau par Dalloyau »

Le Saint-Honoré par Le Mandarin Oriental

Si vous pensez que c’est le premier Saint-Honoré que nous fréquentons au Mandarin Oriental, vous vous fourvoyez ! Nous avons déjà essayé celui du chef Pierre Mathieu il y a quelques années, tout en horizontalité, et nous voilà maintenant face à celui du chef Adrien Bozzolo, tout en verticalité, droit, inflexible ! Lequel préférer, comment prendre parti ?! Nous ne le savons pas, tant les deux positions nous sembles avantageuses chacune à sa manière ! Alors que l’un se couche ou que l’autre soit au garde-à-vous, nous saurons toujours trouver notre intérêt dans cette affaire. Inspectons cette création emblématique du palace parisien, et voyons ce qu’elle nous fait ressentir.

Continuer la lecture de « Le Saint-Honoré par Le Mandarin Oriental »

Le Popuccino de Caro par La Fabrique à Gâteaux

Nous nous regardons et nous nous étonnons de nous voir. Cette peau, ces yeux ou ces cheveux que nous touchons sont tellement loin… Ils sont à mille lieux de l’enfant qui les as portés un jour. Il a fallu du temps, et même deux adolescences pour grandir. Mais la poussière est enfin retombée sur nos anciens rêves comme un linceul, nous arrivons au nouveau monde que la solitude a accouché. Il a ce goût amer qui dérange et que nous apprivoisons peu à peu. C’est une première gorgée de café qui fait grimacer, et que l’on adoucit ensuite dans un petit dessert. À la Fabrique à Gâteaux, c’est le « Popuccino de Caro » qui adopte cette saveur, accompagnée de chocolat et de praliné.

Continuer la lecture de « Le Popuccino de Caro par La Fabrique à Gâteaux »