Mousse Chocolat Blanc et Saké par Joël Robuchon et Dassai

Si nous pouvions nous accrocher au vent, nous partirions loin au-delà de ces murs de prison. Nous nous envolerions en regardant tout disparaître dans l’épouvantable gouffre du passé, délestés de tout bagage. Nous oublierions le temps qui passe et sa morsure encore vive, nous nous persuaderions que l’avenir est fait de tous les possibles, que ce que nous perdons aujourd’hui n’a aucune valeur, et qu’un ailleurs n’est pas juste une vaine espérance. Au-delà de ces murs nous pourrions peut-être retrouver une nouvelle page à écrire, encore blanche et immaculée, comme cet entremets tout blanc proposé dans une nouvelle enseigne parisienne née de la collaboration de Joël Robuchon et de Dassai. Aux saveurs de chocolat blanc et de Saké, découvrons cette création qui veut faire le lien entre des saveurs françaises et nipponnes. Continuer la lecture de « Mousse Chocolat Blanc et Saké par Joël Robuchon et Dassai »

Moelleux Chocolat Noisette par NoGlu

Parfois, la nuit, nous nous attardons à notre fenêtre, observant la ville comme si nous étions en haut d’un nuage. Dans les rues mouillées, chacune des flaques reflète la lumière des fenêtres, se faisant l’image du va-et-vient des inconnus derrière les vitres, comme si la vie jaillissait des appartements pour être jetée sur les pavés humides, sous notre regard. Les passants la piétinent, les voitures l’entravent, elle se trouble puis elle redevient limpide. Nous rêvons à ce que notre vie eût été s’il avait existé dans ce monde quelqu’un pour nous sauver, si nous avions osé suivre notre cœur… Les flaques continuent de nous renvoyer des visions nocturnes, ces feux follets qui s’illuminent sur le trottoir obscur et meurent aussitôt, comme ces noisettes dorées qui brillent sur le sombre moelleux au chocolat sans gluten et végétalien proposé par NoGlu. Savourons-le et vérifions s’il prolongera en nous la profondeur de la nuit.

Continuer la lecture de « Moelleux Chocolat Noisette par NoGlu »

Éclair au Chocolat par La Maison du Chocolat

Ah ! Le chocolat… Nous en faisons une religion. Nous l’aimons en blanc, nappant langoureusement la langue en fondant sur les papilles, nous l’aimons quand il est au bon lait entier, suave et s’épanchant avec douceur, mais nous le préférons surtout quand il est noir, absolu, intense, brutal et profond, dévoilant ses arômes capiteux quand nous le réchauffons entre les lèvres puis quand nous le glissons doucement contre le palais, en le laissant peu à peu se liquéfier dans notre bouche, sans y mettre les dents, sans le brusquer, en lui permettant de s’épanouir et de nous surprendre. L’Éclair au Chocolat Noir de La Maison du Chocolat nous donnera-t-il toutes ses sensations indispensables ? Vérifions par nous-mêmes car nous ne croyons que ce que nous goûtons.

Continuer la lecture de « Éclair au Chocolat par La Maison du Chocolat »

Tarte Griotte Pistache par L’Etoile du Berger

La nuit a cette capacité de transformer les sentiments, de nous faire miroiter le bonheur, ce persistant mirage. Quand certains mots sont susurrés à nos oreilles, nous voudrions tant les croire… Hélas, l’amour est court et la lucidité du jour qui se lève ne tarde jamais à poindre… Et nous invoquons à nouveau la nuit, pour qu’elle revienne, et qu’elle nous rende pour une fois ses mensonges ! Parfois nous y tenons plus que toute notre réalité. Ainsi une tarte qui n’en a pas l’air peut-elle être quand même appelée de cette façon ? Est-ce un mensonge, et pourquoi ne pas le croire aussi ? Vérifions la chose avec la Tarte Griotte Pistache par L’Etoile du Berger, enseigne de Franck Debieu. Continuer la lecture de « Tarte Griotte Pistache par L’Etoile du Berger »

La Fraise par Nanan

Tout commençait avec quelques petites fleurs blanches qui apparaissaient un jour dans le feuillage… Il n’y en avait jamais beaucoup, et jamais assez à notre goût, mais c’était déjà la promesse des délices à venir. Puis apparaissaient les fruits au gré de nos visites quotidiennes au jardin, d’abord tous petits et blancs, nous les regardions grossir chaque jour avec une impatience renouvelée. Ils rougeoyaient trop lentement, et les fraises ne devenaient jamais aussi grosses que nous les imaginions dans nos rêves les plus gourmands… Un beau matin nous obtenions la permission de les cueillir après avoir tant et tant attendu, nous les comptions au creux de notre main et nous les savourions une à une, mais le plaisir était toujours trop court. Tous ceux qui, dans leur enfance, avaient des fraisiers dans leur jardin savent ce qu’il en est… Retrouverons-nous cet amour du fruit avec La Fraise de la pâtisserie Nanan ? Continuer la lecture de « La Fraise par Nanan »