Tarte aux Figues par Tartes Kluger

Il est incroyable de voir qu’à Paris presque chaque pâtisserie a désormais son enseigne spécialisée! Nous nous en réjouissons, bien sûr, car notre gourmandise est un gouffre sans fond et nous gardons toujours une place pour chacune des pâtisseries que nous rencontrons. Il n’y en a jamais trop à notre goût ! Ainsi pour une tarte de saison, nous nous dirigeons sans trop hésiter vers Tartes Kluger où nous choisissons une part de Tarte aux Figues. Inspectons-la de fond en comble ! Continuer la lecture de « Tarte aux Figues par Tartes Kluger »

Zen par Sadaharu Aoki

Ressentir à nouveau sa présence, entendre ses mots, voir son regard, et pourtant réaliser combien les choses perdent de leur importance quand le temps est passé. Certaines blessures ont été trop profondes, certaines colères ont été trop fortes, l’amour et la violence nous ont traversés avec le même fracas. À quoi bon s’expliquer? Renoncer est parfois plus sage, et au final ne rien dire… Ne plus rien dire, car certaines choses n’ont de sens qu’en restant inexprimées. Et loin de la tempête au fond de soi, garder son calme, découvrir une nouvelle intériorité et rester zen. Explorer enfin cette quiétude acquise, puis prendre un couteau et profiter doucement de cette pâtisserie Zen par Sadaharu Aoki. Continuer la lecture de « Zen par Sadaharu Aoki »

Les Rochers Instinct par Patrick Roger

Nous savons bien des choses sans forcément avoir le courage de les dire, et notre intuition peut parfois nous faire pressentir des situations auxquelles nous sommes inévitablement confrontés. Il nous faut pour cela observer notre environnement attentivement, et aussi savoir écouter notre voix intérieure débarrassée de tous préjugés, délestée de toutes les injonctions qui ont pu nous être induites. C’est ainsi que nous pouvons découvrir ce joyau brut qui sommeille au fond de nous : notre instinct. Le chocolatier Patrick Roger veut nous faire retrouver notre intériorité fondamentale avec des bonbons de chocolat qui comptent parmi les plus fameux de Paris : les Rochers Instinct. Soyons attentifs à ce qu’ils réveilleront en nous. Continuer la lecture de « Les Rochers Instinct par Patrick Roger »

Crème Caramel par Les Bonnes Crèmes

Le vendeur derrière son comptoir tache de nous convaincre: il en a, et c’est de la bonne! Mais nous faisons mine de ne pas être tout à fait résolus, nous continuons à poser des questions et à observer les pots alignés dans le rayon réfrigéré d’un regard encore hésitant. Allons-nous le faire ? D’une moue dubitative nous les jugeons à leur couleur, nous les toisons du regard, nous les soupesons dans la main. Mais rien n’y fait, nous sommes obligés de goûter en fin de compte. La nouvelle enseigne parisienne Les Bonnes Crèmes ne propose qu’un seul et unique produit, ces pots de crème renversée que nous allons auditionner. Continuer la lecture de « Crème Caramel par Les Bonnes Crèmes »

[New York] Chapitre 10: Vol de Nuit – Hootie le Hibou par Dominique Ansel

Nous avons quitté l’aéroport John F. Kennedy depuis quelques heures dans un vol de nuit à destination de Paris. Les lumières de la cabine sont éteintes, tout est calme dans l’obscurité où baignent les passagers et l’on n’entend plus que le sourd vrombissement des réacteurs dans cet oiseau de métal. Un frisson nous parcourt en pensant aux abysses que nous survolons, suspendus entre le ciel et l’océan atlantique… le temps s’allonge, les minutes s’écoulent lentement… ou ne s’écoulent-elles plus ? Nous somnolons, nos songes nous réveillent mais nous nous engourdissons à nouveau. Les souvenirs de New York nous reviennent, des tours, des parcs, des bars, la circulation, la foule, les sirènes retentissantes… Et dans cette nuit enténébrée nous souvient encore l’image d’une dernière douceur que nous avons dégustée à Soho, un petit hibou nommé Hootie mis au point par Dominique Ansel. Bien que sa création la plus célèbre soit le Cronut, nous nous intéresserons plutôt à l’une de ses pâtisseries pour clore notre voyage. Continuer la lecture de « [New York] Chapitre 10: Vol de Nuit – Hootie le Hibou par Dominique Ansel »