[Pâques] Le Hérisson par Patrick Roger

De grâce, dites « Le Hérisson », mais pour rien au monde ne dites « L’hérisson » ! J’en mourrais ! Le H est aspiré, il n’est pas muet, il ne l’a jamais été. Alors faire l’élision, ce serait choir ! Des rumeurs tenaces me sont encore parvenues, prétendant que les règles orthographiques ont changé et que cette affaire sérieuse bénéficie dorénavant d’une prétendue tolérance. C’est absolument mensonger ! Je vous prie de renvoyer les colporteurs de cette fausse information dans leurs ténèbres. En attendant, régalons-nous ensemble d’un Hérisson de Pâques par Patrick Roger. On n’en laissera rien, et on saura que son H est aspiré ! Ouf. C’est très important pour la dégustation.

Continuer la lecture de « [Pâques] Le Hérisson par Patrick Roger »

Chocolat Noisette par Nanan

Tu me prends la main et tu me dis que je te plais, je m’en réjouis mais, tu comprends, je n’ai pas le temps pour les délicatesses. Une urgence me presse et je ne peux pas t’attendre : il y a quelque chose en moi à briser vite. Pour les sentiments, nous verrons plus tard. N’est-ce pas un luxe inutile que d’en avoir en ce moment ? Je veux le choc qui va me libérer, le bruit d’une noisette qui craque de façon irrémédiable. Elle se brise et c’est la seule façon d’en déguster le cœur délicieux, comme dans cette tartelette Chocolat Noisette de la pâtisserie Nanan.

Continuer la lecture de « Chocolat Noisette par Nanan »

Casse-Croûte par Muscade

En attendant l’aurore, je m’asseyais toujours près de la fenêtre de ce chalet de montagne, à la lumière du jour naissant. C’était au moment où j’approchais précautionneusement mes lèvres de mon bol de thé que je voyais la faible lumière qui s’y réfléchissait, puis c’était mon visage qui apparaissait et prenait forme à la surface du liquide. Je m’observais, clignant des yeux. J’étais tout au moment présent, tout à mon thé, puis je brouillais aussitôt l’image en y trempant un biscuit. Les petites vaguelettes m’éparpillaient, pendant que je faisais fondre le sablé en le portant sur ma langue. Je le trouvais trop simple ce biscuit, il lui manquait une garniture, du caramel, du praliné, ou autre chose… C’est ce que je trouvai quelques jours plus tard dans les Casse-Croûte de la pâtisserie Muscade.

Continuer la lecture de « Casse-Croûte par Muscade »

Religieuse Chocolat Vanille par La Grande Épicerie de Paris

La beauté est partout, même dans les choses auxquelles nous sommes le plus habitués. Je ne suis pas de ceux qui perdent goût, dont les sens s’émoussent jusqu’à devenir blasé… Tout m’intéresse et tout m’amuse ! Parce qu’au fond, pourquoi laisser libre cours à l’ennui ? Je reste en errance, mais je ne suis pas perdu. Ainsi j’ai beau goûter des religieuses, j’essaye toujours de trouver ce qui est propre à chacune. J’inspecte dévotement celle de La Grande Épicerie de Paris!

Continuer la lecture de « Religieuse Chocolat Vanille par La Grande Épicerie de Paris »

Far Breton par Benoît Castel

Hier me vint une pensée qui m’a troublé, comme une nouvelle inattendue. Je commençai à comprendre que je ne t’avais peut-être jamais cherché ni trouvé. Alors j’eus l’impression que notre rencontre n’en avait pas été une, car en réalité tu semblais avoir toujours été en moi. J’arrivais à retrouver des indices, je reconstruisais le chemin que j’avais suivi, je me rendais compte que tu étais l’image de ce que j’avais gardé en moi d’un passé déserté. Ta présence réactivait des signaux qui me venaient de loin. Pendant tout ce temps où je ne te connaissais pas, est-ce que tu me portais en toi aussi ? Je ne le sais pas, en revanche j’ai une certitude : le Far Breton par Benoît Castel porte bien en lui des pruneaux, et je peux le prouver.

Continuer la lecture de « Far Breton par Benoît Castel »